· 

L'association fête ses 7 ans !

Pour célébrer ce très fameux passage à « l'âge de raison », on a demandé aux bénévoles le souhaitant de partager leur bilan moral. Notre rentrée 2021 est marquée par le caractère inédit de la période dont nous voulions discuter un peu plus avec vous. Aurait-on pu imaginer un tel contexte pour le septième anniversaire d'Orbesonge ? Clairement pas, mais on s'accroche coûte que coûte afin que le rêve continue.

Excellente lecture à tous·tes !

 

UN MOT DU BUREAU DE L'ASSOCIATION

Arcaël

En tant que trésorier, j’ai fait le bilan de l’impact du Covid sur notre association. Comme tant d’autres artistes, en 2020 et 2021, nous n’avons pas pu sortir en convention, qui est notre principal canal de vente pour les livres. Mais même si nous ne vendons pas, nous avons des frais de gestion pour l’association : 150 à 200€ de frais de compte, 75€ d’assurance, 180€ pour le site internet. Le calcul est vite fait, nous dépensons entre 400€ et 500€ par an. Début 2020, nous avions 1500€. Aujourd’hui il nous reste 750€ pour financer nos projets et nos déplacements.
Cette crise nous a coûté très cher et malgré les dons que nous avons reçus, les années à suivre vont être très compliquées, car partir en convention implique d’avancer des dépenses qui s’ajoutent aux frais précédemment cités.

 

Blue

En tant que présidente, j’ai moi aussi fait le bilan sur l’impact du Covid sur notre asso, et plus particulièrement sur le moral des troupes. La perte du lien physique - à travers les conventions, les rencontres IRL, les rassemblements au QG de l’asso -, ce lien qui unit tous·tes nos bénévoles, nouve·ll·eaux comme ancien·nes, et qui vous relie à nous lors de nos déplacements, a porté un coup de massue à notre motivation et à nos créations collectives.
On a beaucoup souffert de l’isolement en 2020, et 2021 continue d’être un cauchemar pour certain·es à cause du pass sanitaire et toute l’organisation que cela implique pour l’événementiel. On a beaucoup de projets en cours et on a décidé de se recentrer pour les accomplir les uns après les autres plutôt que simultanément, afin de ne pas éparpiller le peu de forces qu’il nous reste. Je peux donc annoncer que notre priorité n°1 est de nouveau la bande-dessinée, et que le projet de maison d’édition associative est mis en pause le temps que je puisse me former un peu plus sur cette question. Tout l’aspect anxiogène de l’actualité me pousse vers la peur d’échouer, et j’ai un fort besoin de me sécuriser pour le moment.
En attendant 2022 et, on l’espère, des jours meilleurs, je compte sur vous tous·tes pour prendre soin de vous. Merci infiniment à tous·tes celleux qui n’ont de cesse de soutenir notre travail artistique, sur Discord ou sur nos réseaux sociaux. Que règne le Rêve !   

 

Mercantille

Cette année a été particulièrement étrange et difficile à vivre. Je pense que de ne plus avoir eu l’opportunité d’aller en convention nous a beaucoup affecté·es. Mon moral en a pris un sacré coup c’est certain. Heureusement le serveur Discord de l’association est resté actif, et les bénévoles et la communauté ont continué d’interagir et de participer ensemble à quelques petites activités pour empêcher le lien de se perdre. Je les remercie du fond du cœur pour ça, car je sais que ce n’est jamais facile de concilier l’aspect associatif d’un côté et la gestion de sa vie privée et professionnelle de l’autre, surtout en temps de pandémie. J’ai été peu présente dans les discussions sauf sur notre très estimé salon du fun qui, je l’espère, nous a permis de rigoler un peu à grands coups de memes. Cette rentrée se fait sur une note optimiste, je trouve qu’il y a un petit je ne sais quoi dans l’air qui semble dire que l’inspiration et la motivation reviennent. Concernant les défis artistiques de la galerie onirique, avec la team illustration on travaille sur les lines des variations colorées. On voit que les conventions reprennent doucement (ce qui est une vraie bouffée d’oxygène parce que j’ai vraiment hâte d’en refaire) et nous avons en prime plusieurs superbes projets sur lesquels nous concentrer. On a toutes et tous immensément hâte de pouvoir vous les montrer et j’espère qu’ils seront une réussite.

UN MOT DES BÉNÉVOLES DE L'ASSOCIATION

Zorume

C’est une période difficile qu’on traverse, mais j’ai beaucoup d’espoir qui monte en moi, que ce soit pour l’association, nos vies persos, ou nos luttes pour un futur meilleur ! J’ai repris mon rôle de community manager en septembre 2020, après avoir survécu à une ultime année d’études pour obtenir mon diplôme, et il y a eu des dégâts sur moi. Pour moi la crise COVID n’a pas vraiment été horrible - j’ai la chance d’avoir une maison à la campagne, avec des animaux, un grand jardin, et surtout que je m’entende bien avec ma famille -, j’étais déjà mal avant ça. Ça a forcément entaché mon rôle de CM pour l’association, et j’ai eu plusieurs mois à vide où je n’arrivais pas à poster assez souvent. Tenir 3 réseaux sociaux + le Discord était de trop, alors on a décidé d’arrêter Facebook et Instagram pour que je puisse me concentrer sur Twitter - que je maitrise mieux - et Discord, le cœur de notre communauté. Je me sens déjà mieux !  En septembre j’ai réussi à me remettre correctement en selle, après un été à vide. On a du travail pour reprendre le lien entre Orbesonge et l’extérieur de la communauté, qui s’est brisé avec l’arrêt des conventions, mais on a des idées et des projets en coulisses. On va les mettre en place pour faire remonter la pente à l’association. Les effets de la crise COVID sur l’asso, comme tant d’autres autour de nous, sont importants, que ce soit sur les bénévoles, les projets, les rentrées d’argent, la communication externe… Mais comme je le disais en début de texte, j’ai de l’espoir pour l’avenir. Je sens que je commence à guérir, et je vais me battre pour l’association, et les autres projets qui me tiennent à cœur.
Merci à vous, notre communauté, de nous suivre, de nous soutenir, d’être là avec nous. J’apprécie chacun de vos messages et je suis heureuse d’être avec vous. Bon courage à tous·tes, et battons-nous pour ce qu’on aime !

 

Verdald Lotis

Bonjour à tous·tes, rêveur·ses. Je profite de ce temps pour vous parler de mon année en Orbesonge. Côté rêves lucides, j’ai été gâtée tout l’été avec au moins une vingtaine significatifs. J’en ai noté quelques-uns, l’un m’ayant inspirée pour une histoire relative à Orbesonge.
En tant que membre chargée de la communication avec Zorume, j’ai pu aider en interne, mais pas autant que j’aurais voulu en externe. J’ai aussi eu le plaisir d’animer des Goûters Oniriques, rencontres entre bénévoles ouvertes ensuite à la communauté. Ces instants partagés étaient les bienvenus durant une période maintes fois décrite comme inédite, dont le poids est déjà palpable. En Orbesonge, on a tout fait pour parler solitude, rechercher le lien, le tisser, aller chercher ceux et celles qui s’isolaient. Niveau projet du tarot, c’était une véritable plongée dans les cartes courant Mars et Avril 2021. Les explications sont chiadées, on espère ainsi pouvoir vous donner la pleine autonomie dans la consultation des cartes ! La nouvelle année comporte de nombreux défis en Orbesonge, notamment celui de l’investissement. Pas toujours facile de prioriser les projets créatifs quand tout autour crie à l’urgence… Mais je ne me démotive pas et m’entoure des fidèles allié·es pour explorer toujours plus Orbesonge ! Vous n’êtes pas seul·es ! Qui vivra rêvera alors je vous dit à tout l’heure de l’autre côté ;)

Flint Moriarty

Par où commencer… D’un point de vue personnel, je dirais que cette “crise virale” en a fait changer plus d’un·e. Il y a deux ans, certaines choses qui ont l’air d’être la norme aujourd’hui, étaient impensables. Et quand certains mettaient en garde, on leur riait au nez. Aujourd’hui, notre société est on ne peut plus divisée. Mais ça, ce sont des constats qui concernent tout le monde. On me demande aujourd’hui comment je me porte…
J’ai toujours été quelqu’un d’à part. Je réfléchis beaucoup trop à tout. Et jamais je n’aurais pensé m’intéresser autant à des sujets qui, il y a deux ans, ne me faisaient ni chaud, ni froid. On me dit souvent “arrête de trop réfléchir, laisse couler, en quoi ça va changer ton quotidien, soit moins rigide…”. Mais si j’en viens à juste laisser faire, ne suis-je pas en train de perdre mon libre-arbitre ? Ne deviens-je pas d’accord avec les mesures actuelles ? J’ai effectivement “fait le choix” d’en baver pour maintenant et plus tard. J’ai choisi de sacrifier mon présent pour sauver mon futur… mais dans ce cas, ai-je encore des perspectives d’avenir ? Je vais être franc avec vous, j’en viens à avoir peur. Peur d’être pointé du doigt comme un paria. Peur du jugement d’autrui car ton avis diffère de celui de la masse. Peur de n’avoir aucune perspective d’avenir en même temps de n’avoir aucun présent. Les jours se ressemblent et je ne vois aucun changement notable si ce n’est une lente descente dans les abysses de la réflexion personnelle, politique, sociale…
Je me pose souvent la question de savoir si j’ai ma place dans ce monde. J’avais des projets, des envies de voyage… Je souhaitais tout bazarder, ne me sentant déjà plus trop en accord avec les principes de mon propre pays, mais je vais vous le dire : cette crise n’a fait que confirmer mon ressenti de l’époque. Et cette envie s’est décuplée… jusqu’à ce que je me rende compte que toutes les mesures prises ne me permettraient pas de réaliser mes rêves. Je dois être réaliste et redescendre dans la réalité. Il faut que je fasse une croix sur ces rêves. Il faut que je fasse mon deuil. Car avoir de l’espoir concernant cette perspective d’avenir fait beaucoup plus mal qu’on ne le croit. Raison de plus pour vous le dire : à chaque fois que je partage mon rêve avec mon entourage, je me suis toujours pris comme remarques : “c’est pas si mal ce qu’on a là, faut pas idéaliser d’autres pays, l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, revoie ta copie, change tes goûts, tu auras de grosses désillusions…”. C’est toujours très facile à dire quand on a déjà voyagé, quand on a déjà vécu, quand on travaille déjà depuis un petit moment, quand on a déjà expérimenté les “plaisirs de la vie”...
Je tente de faire bonne figure un maximum, mais la vérité sur ma vie actuelle se traduit par mon travail : inexistant. D’autant plus qu’aujourd’hui, je suis confronté à des prises de décision de vie, que même un adulte accompli, avec beaucoup d’expérience, aurait du mal à prendre. Je vais paraître très sombre, mais ne pas le dire serait comme garder un poison : si je n’avais pas échangé avec quelques personnes que je compte à peine sur les doigts d’une main (et je ne parle pas nécessairement de ma famille), je ne pense pas que cela aurait été productif de continuer mon chemin dans ce monde. J’en viens à ne plus avoir goût à rien. Je mange, je dors, je vais sur mon pc machinalement, tel un robot répétant inlassablement la même tâche, encore et encore… Voilà la vérité telle qu’elle est. Ah oui, aussi, je dois et suis obligé de sourire, selon un “ami”, car : “moi au moins, je possède un minimum de confort de vie que d’autres n’ont même pas. Alors sois content de posséder ce privilège, car d’autres en rêveraient”. Est-il égoïste de raisonner comme je le fais aujourd’hui ? Je possède tout de même une légère lueur dans mon cœur. Elle est presque sur le point de s’éteindre, mais pour le fait qu’elle existe encore, je remercie vraiment du fond du cœur les personnes avec lesquelles je peux échanger humainement, sereinement, sans provoquer le moindre débat de prise de position.

 

Haryon

Une année riche en changements avec l’annonce de ma transidentité et le démarrage de ma transition. Ma vie a été profondément chamboulée mais ça a été l’occasion pour moi de remettre les choses à plat et d’entamer ma renaissance. Je remercie par cette occasion l’ensemble des membres d’Orbesonge pour leur soutien et leur ouverture d’esprit. J’ai été moins présente ces derniers mois, la difficulté ayant été de conjuguer Orbesonge avec ma vie professionnelle, personnelle (avec deux enfants), mon parcours de transition (et ces nombreux rendez-vous médicaux afférents) et ma vie d’artiste (je reprends à peine la créa après près de quatre mois de toiles vierges…). Même si tout n’est pas encore stabilisé, je commence tout doucement à toucher terre… Ma mission actuelle en Orbesonge est la création d’un Escape Game numérique ayant pour but l’approfondissement de la découverte de l’univers d’Orbesonge. C’est un projet que j’adore même s'il a été nécessaire pour moi de sortir de ma zone de confort afin d’apprivoiser la bestiole informatique. J’admets avoir quelques difficultés avec le côté virtuel de Discord… Malgré l’engagement de la communauté et les nombreux efforts des pionnier·es et onironautes pour faire vivre le serveur, j’ai du mal à créer de véritables liens par cet intermédiaire. C’est pourquoi j’ai hâte de pouvoir faire la connaissance de chacun·e d’entre vous rapidement, en réel.
J’ai conscience que l’obscurité n’est pas totalement derrière nous, mais la lumière est visible au bout du tunnel. Seul·e·s on va plus vite, ensemble on va plus loin, et la communauté l’a bien compris ! Quoiqu’il en soit, et quoiqu’il en coûte, battez-vous pour vos rêves peu importe ce que les autres en pensent et… restez vous-même, vous êtes incroyables !

 

Alpharya

Salutations à toutes et tous, j'espère que malgré cette année étrange vous arrivez à garder la tête hors de l'eau. Contre toute attente, les conditions sanitaires ne m'ont pas vraiment affectées personnellement. Peut-être est-ce dû à ma condition personnelle ? À ma situation familiale qui fait que j'ai réussi à éloigner les personnes toxiques de ma vie ? La pandémie m'a permis de faire le point mentalement, à trouver ce qui me rendrait heureuse, et comment avancer. En remontant à l'année dernière, j'ai eu une période beaucoup plus difficile et intense que ce début d'année. Certes c'était éprouvant mais pas dans le même sens. L'impact sur l'association s'en est fait ressentir de mon point de vue, même si je m'efforce à garder une continuité dans mon travail. Essayer de recoller les morceaux et donner son maximum est compliqué, mais quand on trouve un équilibre, on y arrive et on se sent fier/fière. Depuis 1 mois, j'ai retrouvé une vie plus stable, et je compte m'investir au mieux dans l'association surtout en illustration pour ravir vos petits yeux. Je suis de plus en plus active sur les salons du serveur, je les trouve agréable à parcourir et j'aime vous lire. Les projets se multiplient et me boostent pour reprendre intensément le dessin et donner mon maximum !
Même si l'éloignement social vous affecte, n'oubliez pas de vous occuper de vous. Vous pouvez vous retrouver loin du regard des autres, et rendre votre vie plus agréable. Multipliez les actions qui vous semblent justes. Un jour tout paiera. Si vous n'essayez rien, le résultat sera forcément nul. Le confort n'est pas tout le temps la meilleure solution. Gardez espoir et entourez vous de personnes de confiance :)

 

Yona

De mon côté, cette année en Orbesonge a été rythmée par des rencontres et beaucoup de voyages virtuels dans le cadre des interviews en terres oniriques. Ce sont les gens qui m’ont fait énormément rêver en ces temps étranges et isolés. Et pour cela merci ! Réveiller un peu plus l'Écho des Songes en présentant les bénévoles m’a fait chaud au cœur et c’était un plaisir de retrouver chaque mois un•e bénévole et de faire plus amples connaissances. C’est vrai que la distance physique entre nous fait que l'on travaille ensemble sans pouvoir se réunir. On compte alors sur des voix, sur des messages, pour apprendre à se connaître et c’est aussi le cas avec la communauté. C’est pourquoi vos retours nous importent énormément. Personnellement, Orbesonge me permet d’échapper à la réalité, de me sentir bien, et partager avec autant de personne un même intérêt pour le rêve et pour cet univers est quelque chose de réconfortant. Animer le blog m’a permis de ne pas stagner et de prendre plaisir à écrire, ce qui est toujours le cas. J’ai un tas d’idées et j’ai hâte de travailler dessus. Je prends toujours plaisir à écrire, à réfléchir à des idées d'articles et c'est rassurant de trouver une stabilité dans l'écriture. J’espère pour cette fin d'année encore plus de rêves, encore plus d’articles, beaucoup d’art, de retours, de réflexion, toujours plus d’Orbesonge dans nos vies. En espérant que tous les projets puissent enfin voir le jour, que le travail de chacun•e se concrétise et que l’on puisse se réunir en convention ou au QG,  je vous rappelle que votre soutien est un carburant. Vous savoir encore présent•es à nos côtés est motivant, merci pour tout ce que vous faîtes et merci pour votre confiance.

 

Hikaria/Icare

Comme étant nouveau dans cette grande famille, j’avais d'abord cherché mes marques, et très rapidement je me suis entendu avec tout le monde. J’ai principalement travaillé sur le story-board de la bande dessinée, où je me suis beaucoup amusé, et je pense que j’ai beaucoup appris grâce à ce projet. Pourtant ma mission principale était de faire l’animation de la vidéo de présentation de l’association, mais nous n’avons pas trouvé l’équipe complète. C’est pourquoi on m’a assigné une tâche similaire, mais malheureusement je trouve de la difficulté à me mettre sur l’animation. En effet, avec un été chargé avec mon tout premier job, et maintenant mon année scolaire en Licence professionnelle dans les métiers du Jeu Vidéo, il m’est très compliqué de me mettre pleinement au travail.. Mais je suis certain qu’après m’être habitué à mon nouveau rythme scolaire, j’arriverais à fournir de superbe animations, et pourrait peut-être même commencer cette fameuse vidéo qui pourrait donner un nouveau souffle à Orbesonge. Surtout après cette année difficile avec le tristement célèbre Covid-19. Période très compliquée pour moi, puisqu’étant aussi étudiant j’ai eu une année très difficile et je dirais même… triste. Les cours de pratique à distance n'étaient vraiment pas festifs et trouver le moral pour les devoirs demandait très souvent un effort monumental. Mais j’ai réussi à passer mon concours et je suis enfin prêt pour une année boosté à la détermination ! (référence à Undertale *wink wink*). Je suis content d’être ici, parmi les onironautes d’Orbesonge, et aussi je tiens à remercier toutes les personnes qui nous soutiennent. J’ai hâte d’un jour pouvoir peut-être vous rencontrer pendant une convention ou dans un futur rêve ;3