· 

Rendez-vous en terres oniriques : Hikaria

Propos recueillis par Yona

 

C’était toujours un plaisir de se rendre devant la mer de nuages malgré la brise bien plus fraîche qu’à l’accoutumée. Yona venait de rejoindre Icare qui lui avait proposé de se balader vers les îles qui flottaient non loin les unes des autres. Par chance, les deux onironautes se sont retrouvé·es au même endroit, sans se perdre une seule fois. Le décor est si beau qu’iels en oublient presque qu’il faut passer à l’interview. La légèreté qu’apporte la côte berce les cœurs, le silence est doux, chaque geste porte une vibration onirique drôlement positive.

 

Dessin d'Icare par Alpharya
Dessin par Alpharya

Commençons. Je vois dans mon journal que tu portes deux noms : Hikaria et Icare, est-ce bien le cas ? Y-a-t-il une histoire derrière ces noms ?

J'ai deux noms, un féminin et un masculin, mais je me nomme Hikaria. Vers mes 12 ou 13 ans je cherchais un nom d'artiste pour signer mes dessins… Et j'ai ainsi trouvé Hikaria à partir du titre d'une musique qui me plaît énormément : Hikari, une musique mélancolique au piano de Hikaru Utada pour la série de jeux vidéo Kingdom hearts.  Le sens du nom, qui signifie Lumière en japonais, et la musique sont l'essence même de mon nom d'artiste, et ils me suivent depuis ce jour.

 

Connaissant cette musique et cette série de jeux vidéo, je ne peux qu’apprécier davantage le sens que tu portes à ce nom, sourit Yona.

N’est-ce pas. Pour conclure, mon nom masculin a un sens un peu plus tiré du romantisme et de la mythologie. Icare, l'être pourvu d'ailes de cire qui cherchait ardemment à atteindre la lumière. Une quête aveuglante et hors d’atteinte, cela me fait penser au célèbre tableau Le Voyageur contemplant une mer de nuages.

 

Yona et Icare marchent d’un pas lent, rien ne les presse. Le vent les pousse à peine vers l’île la plus proche où iels passent quelques minutes à visiter l’espace. Icare se sent bien, ses yeux parcourent les moindres détails de ce paysage aux couleurs pastelles. En passant devant lui, Yona aperçoit une lumière dans son regard, qui lui décroche un sourire et amorce sa prochaine question.

Est-ce que tu te plais en Orbesonge ? Rappelle-moi d’ailleurs ta mission.

Oui, je suis entouré de personnes bienveillantes et je peux être celui que je veux sans avoir peur. Paladin de lumière, je pourfends les ténèbres avec mon épée dans une main, et de l’autre, je protège avec mon bouclier. Ma mission est de simplement venir en aide quand il le faut, et cela avec tous les outils en ma possession.  Mais ma principale mission à ce jour est de faire l'animation de la toute nouvelle vidéo de présentation de ces lieux où nous nous trouvons en ce moment : Orbesonge !

 

Super ! J’ai si hâte que ce projet se concrétise, bonne chance dans ton travail. Donc l’art est ton domaine de prédilection, qu’est-ce que ça représente pour toi ?

C’est exact, l’art est mon univers, je m’exprime à travers ses différents prismes et je me délecte de ce qu’il a à nous offrir. Je suis attiré par tout : le dessin, le cinéma, la musique, la lecture ou encore les jeux vidéos ! Ce que j'aime particulièrement c’est l'animation 2D et le game design, ils permettent de créer la "vie" ! Donner vie à un personnage, qu’il marche, parle… Donner vie à un monde, un champ de fleurs, un ciel brisé par un tonnerre monstrueux ! C’est ce que j’aime le plus dans l’Art, c’est créer la vie, une émotion dans le cœur des spectateur·ices, dans les yeux d’un·e enfant.

 

C’est tellement passionnant. On sent bien que c’est ce qui te fait vibrer ! Est-ce que tu voudrais apprendre d’autres formes d’art que tu maîtrises moins ?

Il est vrai que j'aimerais beaucoup apprendre l'art du cadrage, du montage et aussi, par pure curiosité, l'art de la comédie.

 

C’est toujours un plaisir d’apprendre l’avis enrichissant des onironautes que Yona interroge. Icare monte sur la légère colline de l’île, pouvant ainsi presque reproduire l’image du tableau dont il parlait récemment. Yona lui fait justement la réflexion d’en bas, s’asseyant sur une balançoire installée-là, profitant de son air introspectif pour enchaîner :

Raconte-moi ce que ta passion te procure. Est-ce que tu cherches à faire passer des messages en particuliers à travers tes créations ?

En fait c’est assez simple, j'ai besoin de créer. Quand je ne le fais pas pendant plusieurs jours consécutifs, ça veut généralement dire que je suis malade ! C’est en créant que je me sens le plus vivant ; à  vrai dire je me sens plus réel dans ma bulle que dans le véritable monde. Enfin, cela me permet de raconter tout ce que j’imagine, comme je ne suis pas très doué pour m’exprimer à l’oral et que je suis très timide, je préfère donc le faire avec des images, un court-métrage ou même un jeu vidéo…

Il s'assit, lui si actif.

Mais dans tout ce que je crée, j’essaye toujours d’y déposer un message. Les messages principaux que je souhaite partager avec mes créations sont la paix, l'amour, l'enfance et les rêves. Mais je veux aussi combattre la violence et la bêtise humaine envers la faune et la flore de notre planète.

Et il se relève aussitôt pour entraîner Yona vers la suite de l’excursion. Un îlot lui faisait de l'œil et ils avaient apparemment un moyen de s’y rendre. Il affiche un grand sourire pendant que, le temps d’y parvenir, Yona continue avec ses questions.

 

Par hasard, as-tu d’autres passions à me dévoiler ?

Je suis aussi passionné de philosophie, même si c'est difficile à croire pour certaines personnes, j'adorais écrire des tonnes de copies doubles sur des sujets divers et variés. Je suis même un peu triste de ne plus pouvoir suivre ces cours, je me rappelle encore de ceux sur la philosophie de l'Art ! Ah ! C'était certes très intéressant, mais ça m’avait beaucoup retourné le cerveau !

Il ajouta à voix basse, toujours un rictus aux coins des lèvres :

J'avoue que j’adorais vraiment ça quand même ! Malheureusement je ne donne plus assez de mon temps à cette passion qui me plaisait pourtant beaucoup. Mais je continue à me casser la tête avec des questions et des sujets complexes !


Iels arrivent aux pieds de l’endroit suivant et poursuivent leur visite de longues heures encore, prenant le temps de découvrir chacune des îles loin de l’agitation du monde réel, en attendant de se revoir la prochaine fois hors de cet endroit magnifique.

Retour en terres plus réelles

Encore plus accueillant qu’en Orbesonge, Icare invite Yona à entrer chez lui, dans son cocon chaleureux. Il lui signale que c’est là que toutes ses idées prennent vie sur du papier, sur des notes, absolument partout. Le plus étonnant en parcourant l’endroit du regard n’est pas de distinguer les petites décorations qui occupent joliment son bureau déjà désordonné mais plutôt les dessins qui habillent son mur. Entre esquisses, schémas, dessins de personnages et autres gribouillis, la couleur d’origine de ses murs se perd sous le nombre de feuilles accrochées.


Yona s’installe et lui demande d’abord de se présenter, se demandant qui il était hors de sa bulle. Icare lui répond aussitôt, plutôt à l’aise :

Je suis moi… Un jeune étudiant en jeux vidéo dans une ville trop grande pour lui !

 

Intéressant. Parlons encore d’art : depuis quand est-ce que ça te passionne ?

Je suis depuis tout petit plongé dans ce monde immense qu'est l'Art, ma mère est une artiste peintre et mon père un DJ, j’étais en permanence baigné dans l’art que ce soit visuellement ou au niveau sonore. Mais pourtant ce n'est pas la peinture, ni la musique qui m'ont réellement touché… Comme quoi ! Très tôt je savais que le dessin allait être mon domaine de prédilection, mais comme tout jeune enfant j’ai eu de nombreux rêves différents : styliste de mode , architecte, archéologue et même astronaute ! Mais les mangas, les films d’animations japonais et surtout les jeux vidéo me sont tombés dessus… Et depuis je rêve d’être réalisateur de film ou développeur de jeu vidéo, c’est là que j’ai trouvé ma voie professionnelle, comme disent les grandes personnes. Moi je préfère dire mon véritable rêve.

Je suis ravie de t’apprendre que l’on partage ce goût pour les films d’animations japonais et les jeux vidéo. Continue de croire en ce rêve, nous croyons toustes en toi.

 

Yona lui sourit avant de se tourner vers la pièce où iels se trouvent. C’est très représentatif d’un esprit créatif.

Je suis curieuse de connaître tes conditions de travail. As-tu un petit rituel ?

Tout d’abord, j’ai besoin d’un “cadre” pour travailler pleinement, j’ai du mal à travailler dans un endroit où il y a trop de bruit ou trop de monde. Par contre j’adore travailler dans mon bureau, chez moi, mais surtout avec des amis autour d’une table ! J’ai l’impression que mon imagination décuple avec une équipe autour, c’est très agréable comme sensation. Sinon, très souvent l'inspiration me prend par le col et m'embarque pendant trois, quatre ou même cinq heures d'affilée sans que je ne m'arrête ! Tout cela en musique bien évidemment.

 

Je comprends parfaitement ! Et de quoi t’inspires-tu ? Ou de qui ?

J'ai eu beaucoup d'influences au cours de ma vie, et c'est le cas pour beaucoup de monde, mais si je devais citer les plus grandes ce serait : le cinéma de Tim Burton et le cinéma en général, le film d’animation Chasseur de Dragons, Le petit prince de Saint-Exupéry, le jeu Undertale de Toby Fox et sûrement ma maman.


Avec autant de bonnes inspirations, je souhaite voir ton travail ! Du moins, autre que ce que je vois sur tes murs. Où puis-je trouver ton travail sur internet ?

Mes illustrations et dessins sont sur mon Twitter et Instagram, mes courts-métrages sur viméo et mes projets de jeux vidéo sur Artstation et Itch.io.

Yona prend sa carte de visite avec la hâte de tout regarder.

Est-ce qu’il y a une création dont tu es le plus fier ?

Ha ! C'est une question complexe… mais si je dois choisir, je pense qu'à ce jour c'est une poupée que j'ai cousue à la main pour l'anniversaire de mon meilleur ami.

 

Une poupée, tu touches vraiment à tout, c’est super ! Enfin, est-ce qu’il y a une citation que tu aimes et que tu voudrais nous partager ?

« Toutes les grandes personnes ont d'abord été des enfants. Mais peu d'entre elles s'en souviennent. » Le petit prince de Saint-Exupéry. Cette phrase me rappelle ce que j'ai promis à l'enfant que j'étais, et que je suis toujours, que je réaliserais son rêve.

Tirée de mon livre préféré,  sourit Yona. Tu le réaliseras, oui.

Dans cette belle atmosphère, Icare et Yona s’engagent dans une conversation autour de l’art et de leurs goûts, visitant surtout cet endroit : la bulle de notre paladin où il était dans son élément pour parler de ses créations affichées ça et là partout autour de lui.