· 

Rendez-vous en terres oniriques : Yona

Propos recueillis par Capitaine Blue

 

Cette nuit allait être une nuit mémorable et Blue, la capitainesse des cieux d’Orbesonge, s’en réjouissait : pour la première fois, c’était elle qui revêtirait le costume de reporter onirique, à la demande de Yona, l’adorable jeune femme dont c’était habituellement le rôle.
C’est dans cet état d’esprit qu’elle pénétra au milieu d’un étrange parc d’attractions aux contours fantastiques et d’une effrayante beauté. Elle était déjà attendue par Yona, pour son plus grand soulagement. L’entrevue allait pouvoir démarrer, en flânant dans l’enceinte parmi les ruines des manèges.

Yona, par Alpharya
Yona, par Alpharya

Eh bien Yona, commençons par le commencement, à savoir ton identité profonde. Quelle est l’histoire de ton nom de plume ?

Ça fait un moment maintenant que je suis Yona, c’est presque si j’en oublie mon vrai nom tellement il passe après ! Ce prénom vient d’un manga qui s’appelle Akatsuki no Yona (« Yona princesse de l’aube » en français) où le personnage principal est une princesse aux cheveux rebelles. C’est la première fois que je voyais un personnage de manga avec des cheveux qui me rappelaient les miens, et son prénom m’a directement charmée donc je l’ai adopté. Je suis aussi très fan de ce personnage, auquel je m’identifie beaucoup !

 

Je ne savais pas que ton surnom venait de là, moi aussi j’adore ce manga et je trouve également que c’est un joli nom. Il te va à la perfection ! Mais alors, princesse, qui es-tu au juste ?

Yona sourit et reprend son histoire de sa voix chaleureuse et rieuse :

Je dirais que je suis quelqu’une qui n’a pas fini d’apprendre. Un poil hyperactive et curieuse, je suis une passionnée de la vie qui capture l’instant et m’interroge continuellement.

 

Blue et l’objet de son attention contournent un carrousel ancien, qu’elles contemplent un instant. Soudainement, la capitaine sort de sa contemplation.

Que représente Orbesonge pour toi ?

Orbesonge a d'abord piqué ma curiosité, c'était un monde, et une lecture du monde qui m'a interrogée. J'ai décidé de l'intégrer et c'est aujourd'hui une nouvelle façon d'être moi et d'être au sein d'une équipe formidable. Mon rôle ici me rend parfaitement heureuse, je rencontre des personnes, je voyage énormément et j'apprends de chacun·e. Qui plus est, donner vie à l'Écho des Songes, et en être la rédactrice en cheffe est très valorisant.

 

Tu t’en sors très bien, en effet, murmure Blue, tandis que Yona court un peu partout dans le parc d’attraction désaffecté. Une fois à ses côtés, pendant qu’elles observent ce qu’il reste d’une grande roue vertigineuse, elle lui demande :
Quelles sont tes inspirations, toi qui est tant inspirée par ces ruines ?

Je m’inspire de la vie en général ! Je suis fan de fantastique et fantasy alors j’aime voir la vie en y ajoutant une touche de magie. Sinon, je m’inspire des gens, j’aime l’authenticité, analyser les autres est quelque chose que je fais tout le temps pour moi-même, je regarde leur façon d’être, leur gestuelle, leur personnalité et je m’inspire de toute l’unicité du monde au quotidien.

 

Les deux femmes se sourient et continuent ensemble d’explorer le parc d’attraction onirique, la conversation reprendrait demain, au point de rendez-vous mentionné par Yona.

 

Retour en terres plus réelles

Blue rejoignit Yona dans le village de son choix, où une fête avait lieu. Elles profitèrent longuement de l’ambiance festive puis s’éloignèrent un peu afin de poursuivre leur discussion. On entendait la musique qui faisait encore vibrer le sol bien que ce soit la fin de soirée et que les gens commençaient à partir. Une fois assises dans l’herbe, une jolie vue et le ciel parsemés d’étoiles qui les surplombait, elles purent reprendre leur souffle.


Je me suis toujours demandé quelles étaient tes passions, Yona ?

J’ai longtemps été en conflit avec le mot passion. J’ai toujours cherché ma passion, je suis passée par le sport, le dessin, la musique, la lecture, l’écriture, la photographie, le montage aussi, tout ça en me rattachant à l’image de la passion qui te fait vivre et t’épanouit. La passion comme quelque chose de fort  Au final, la polyvalence est quelque chose qui me va plutôt bien, je suis passionnée par l’Art et toutes ses dérivés avec un coup de cœur pour l’écriture.


Blue acquiesce, très satisfaite de cette réponse qui laisse songeur·euse.

 

La polyvalence est quelque chose que je trouve passionnant, justement. Comment les as-tu développées, toutes ces belles passions ?

Apprendre est quelque chose qui me plaît énormément et mon constant besoin de connaissance m’a amené à toucher à tout mais l’écriture va de pair avec la lecture. Je suis une grande lectrice depuis petite, et écrire m’aide au quotidien à gérer ma vie. Je suis du genre à avoir une tonne de carnets et à tout noter, ou prendre en photo, capturer le présent c’est peut-être ça au final ma passion.

 

Et est-ce qu’une lecture t’a marquée ? poursuit la reporter de deux nuits, particulièrement ravie de ressentir exactement le même rapport à la littérature que la jeune Yona.

Justement oui, Flora Banks écrit par Emily Barrr, « un souvenir c’est tout ce qu’il me reste ». Je suis tombée amoureuse de plusieurs livres mais cette lecture-là m’a bel et bien marquée et j’invite tout le monde à s’y intéresser. C’est même après cette lecture que j’ai voulu devenir chroniqueuse littéraire.

Je trouve ça merveilleux, murmure Blue. Peux-tu me parler de ta façon de travailler ?

Je travaille principalement la nuit, très souvent en musique et je m’isole dans ma petite bulle. Ma façon de faire est surtout en listing. J’aime écrire une liste de choses à faire, ça me motive dans un sens, puis je m’amuse à rayer les tâches jusqu’à ce qu’il y en ait moins, puis plus aucune et ça me permet d’avoir une œil sur ma quantité de travail et sur ma progression.

 

Décidément, je fonctionne comme toi également ! Et quel est ton projet professionnel ?

Parmi mes projets futurs, j'ai l'intention d'ouvrir mon blog ! Celui dont j’étais l'une des chroniqueuses a fermé et depuis je n'ai plus de support où publier mes avis de lectures, j'avoue que c'est un manque que je souhaite combler. Être vidéaste m'attire également, un peu plus de jours en jours, et c'est lié avec mon envie d'être journaliste. Ce qui est certain, c'est que je rêve de voyager et de faire voyager les gens, et cela tout en créativité.

 

C’est un bel objectif et je suis sûre que tu y parviendras ! Merci pour toutes tes réponses, et souhaitons qu’une belle carrière s’offre à toi, ou plutôt, que cette vie que tu as choisie te rendra aussi heureuse et épanouie que possible. Continue de nous faire voyager avec ta jolie plume !