· 

Rendez-vous en terres oniriques : Alpharya

Propos recueillis par Yona

 

Les sons de la nature ont beau se ressembler, ils portent tous une authenticité pure qui les distinguent, même en Orbesonge. Yona zigzague entre les arbres, l’invitation au rendez-vous mentionnait un ruisseau qu’elle entend de très près, et elle est persuadée qu’elle a aperçu une silhouette s’amuser à courir dans la forêt. En bondissant en avant, elle la rencontre enfin. Yona sait d’avance que cette femme aux pieds nus, vêtue de couleurs chaudes et dont les cheveux longs serpentent sur l’épaule est Alpharya. Son côté espiègle se remarque, elle sourit en détachant son regard du ciel et se tourne vers Yona, mettant un terme à ce petit jeu pour la saluer.

Alpharya, par elle-même
Alpharya, par elle-même

Alors Alpharya, tu es illustratrice d’après ce que je lis dans mon carnet, débute Yona en se mettant instinctivement à marcher pour suivre le dynamisme de la jeune femme. Est-ce ton prénom, ou un surnom ?

Alpharya, c’est mon pseudo depuis longtemps maintenant. La raison est simple, je ne trouvais pas de pseudo pour m’inscrire sur un jeu car celui que je voulais était déjà pris. Et puis j’avais de l’admiration pour les esprits forts : quoi de plus libre et fort qu’un loup ? On appelle les chefs de meute « Alpha ». Mais ce pseudo était trop froid pour moi, et j’ai donc ajouté « -rya » derrière pour donner une touche de féminité et la douceur que je voulais. En plus, ce pseudo possède la première et la dernière lettre de mon prénom au même endroit.

 

J’aime voir à quel point chaque pseudonyme est unique. Peux-tu m’en dire plus sur toi et ton art ?

Ce que je peux dire c’est que la vie me plait, et j’adore toucher à tout ce qui m’entoure, malgré le fait que je sois un peu flemmarde par moment, j’arrive à atteindre mes objectifs, répond Alpharya, marchant plus lentement et balançant ses bras. Je trouve que l’art en général ouvre de nouvelles portes sur le monde de demain. Néanmoins cela reste un monde évasif, où on peut se voir rêver quand on en a envie. J’aime surtout les travaux manuels, même si cela demande du temps, héhé. Bref, ce que je veux dire c’est que j’ai commencé avec du dessin.

 

Commencé quand ça ? Il y a longtemps ?

Eh oui, je dessine depuis toute petite, mais pas aussi intensément que maintenant avec mes cours d’arts appliqués. Mes dessins s’inspirent directement de ma propre créativité, le fantastique c’est mon dada quoi. Je fais du digital painting et du traditionnel, l’un au service de l’autre, ainsi que plusieurs autres styles que j’essaie. Chacun d’entre eux a ses techniques, et dans chacun j’en apprends beaucoup pour compléter mon style principal. Pour moi, avoir deux-trois styles différents est un bon entraînement pour s’améliorer. L’observation du réel est aussi importante pour avoir quelques bases. Le dessin est pour moi une grande surface plane qui ne demande qu’à être construite selon ses envies.

Yona répète à voix basse sa dernière phrase en la notant avant de lever son regard pour observer l’environnement. Le ruisseau est sur leur droite, mais en tendant l’oreille on en entend d’autres. Alpharya est à l’aise ici et ça se voit, comme si cette forêt l’avait hébergée toute sa vie. Elle regorge également d’énergie !

Quel est ton rapport à l’art ?

L’art est quelque chose qui me permet de m’évader principalement et de créer des univers parallèles pour sortir de notre monde. J’ai une attirance particulière pour le fantastique que j’utilise pour dénoncer le réel.

 

Oh, et qu’est-ce qui t’attire dans l’onirisme ?

Le côté mystique et spirituel, le fantastique c’est vraiment cool.

 

Yona ferme son carnet et profite plus amplement de la balade à ses côtés. Elle regarde Alpharya et enchaîne :

Que pensais-tu trouver en Orbesonge ?

Au début, je pensais simplement trouver un monde fantastique. Avec le temps, j’ai également trouvé une communauté où tout le monde s’entraide. Les gens partagent leurs rêves et je trouve ça hyper cool.

 

Et artistiquement parlant ?

Ça m'aide à trouver mon style et le fait de travailler sur des projets réels, c’est super. Les conseils que je reçois m’aident beaucoup aussi. Plus personnellement, j’adore travailler sur des histoires personnelles et toucher un peu à tout ! Je veux continuer à dessiner et avoir plus de temps à consacrer à Orbesonge. J’aimerais pouvoir continuer à discuter et partager avec les gens aussi !

 

Les deux femmes sourient. Toute la verdure qui les entoure les détend. Elles prennent une pause pour s’amuser et discuter. Yona demande ce que fait Alpharya pieds nus et celle-ci lui apprend qu’elle est tout le temps ainsi en Orbesonge et qu’elle se sent libre de cette façon. Finalement, elles passent plus de temps que prévu dans cette forêt et visitent les autres ruisseaux, faisant appel à leur ouïe pour être guidées jusqu’aux prochains coins d'eau, un peu comme un jeu auquel elles prennent goût.

 

Retour en terres plus réelles

Lieu de rencontres, d’aventures, de séparations parfois, une gare est un espace si vivant. Une immense horloge murale domine l’endroit tandis que la foule se croise, se mélange, s’emmêle aussi entre les quais. Chacun·e, dans son individualité, possède quelque chose d’unique, c’est ce que semble se dire Alpharya. Yona la regarde et elle est persuadée que la belle brune réfléchit au sens que chaque vie peut avoir ou vouloir. Elles sont en hauteur sur le palier supérieur, penchées contre une rambarde et elles observent le mouvement, tentant de zieuter et suivre un peu tout le monde. C’est dans une gare que débute les plus grands voyages, c’est cela ce que se dit Alpharya.


Tu sembles bien rêveuse, lance Yona. Parlons alors d’Orbesonge et de l’association, qu’est-ce que c’est pour toi ?

C’est un monde qui permet de rêver, c’est un projet qui semble tenir à cœur aux fondateur·ices, et ça me touche beaucoup. Pour le moment je n’ai pu réaliser que quelques petites illustrations étant donné mes cours chargés, j’espère rattraper le temps perdu cet été, hihi ! Mais après tout, Orbesonge reste une maison chaleureuse pour les rêveur·euses, un monde encore inexploré pour ma part. J’aime ce projet, et toutes les personnes touchées par ce monde.

 

J’ai fait un tour sur ta page Instagram, je suis fan ! Je me demandais justement, qu’est-ce qui inspire tes dessins ? Et as-tu un style préféré ?

Rien de particulier, c’est de l’imagination. Au début, j’ai commencé à dessiner avec le style manga mais j’ai vite enchaîné avec un style semi-réaliste/manga. C’est ce que je préfère, je trouve ça trop beau.

 

As-tu une routine de dessin ?

Non, confirme joyeusement Alpharya. C’est totalement aléatoire mais je dessine dès que j’en ai envie. Cela dit, je dessine beaucoup le soir parce que je me sens plus inspirée et posée. La journée c'est manger - papiers - papiers - ranger - papiers - courses - farmer sur mes jeux - papiers - manger… Et dessin !  La musique m’aide à me concentrer et à plonger dans mon dessin, mais n’a pas plus d’influence en tant qu'inspiration.

 

Quant à tes projets artistiques pour l’avenir, que peux-tu en dire ?

Ah ah, alors je suis partagée depuis ma rentrée 2018 en 1er entre la mode et le chara-design pour des jeux vidéos ou animations. Disons que j’aime créer des habits comme je l’entends, et puis j’adore m’habiller, varier les goûts, les temporalités, et les styles en une tenue. Mais d’un autre côté, je me suis aperçue que plus je dessinais des personnages, plus j’avais envie que cela devienne concret. Il faut savoir aussi que j’adore les jeux vidéos, héhé, puis je me suis mise à vouloir travailler dans le jeu vidéo en tant que chara-designer. La licence qui m’a donné envie de me tourner dans le jeu vidéo ? The Legend of Zelda. Cet univers m’a toujours fait rêver. Bref, c'est ce que dirait la « moi » d'il y a 1 an ! Actuellement, je me tourne plutôt vers un métier terre-à-terre comme on dit. Donc l'aspect artistique se passera dans mon temps libre, en second plan. J'aimerais bien faire une petite histoire dessinée un de ces jours, portée sur le fantastique, évidemment.

 

Compte-moi parmi les premier·es lecteur·ices dans ce cas ! Pour finir, saurais-tu me donner une citation qui te correspond ?

Plus qu’une simple citation, ce sont des mots qui me correspondent : découverte, liberté, et générosité. J’aime vivre ma vie à l’instant présent, et voir le sourire des gens le plus possible, ami·es ou pas.

 

En effet, Alpharya renvoie une aura de générosité contagieuse. Elle sourit et propage le joie. C’est donc dans cette gare que les deux jeunes femmes prennent des chemins différents pour vivre des aventures pleinement riches et uniques, souriant le plus possible et rêvant à l’infini.