· 

Rendez-vous en terres oniriques : Holicdraw

Propos recueillis par Yona

 

Lorsque la brume se dissipe, le spectacle nous laisse sans voix.

Le moment est solennel pendant que Yona découvre l’espace qui l’entoure. Une falaise s’y trouve, et à ses pieds s’échoue une mer de nuages. Holic se balade, elle semble profiter de la tranquillité. En effet, les promeneurs se font discrets, éparpillés, personne ne vient rompre la paix qui se dégage d’ici. Yona rejoint Holic qui l’accueille d’un ravissant sourire et elles débutent une promenade le long du rivage.

Commençons, Holicdraw, pourquoi ce beau surnom ?

Ouh là ! c’est quelque chose qu’on me demande régulièrement mais l’histoire est très décevante et pas très épique : Holic, c'était le nom de mon tout premier personnage sur World Of Warcraft quand j’avais 12 ans. Ce nom est resté, et j’ai juste raccroché la notion de dessin derrière.

 

Elle se met doucement à rire à ses propos et ajoute :

Rien de profond ou de poétique dans tout ça !


Et ton initiation à l’art, ça l’est ? Je sais que tu es passionnée de dessin.

Aussi loin que je me souvienne j’ai toujours dessiné, et ma famille m’a toujours soutenue, même petite quand je faisais des dessins d’enfants pas forcément très réussis. Donc j’ai continué, j’ai appris, j’ai observé… et voilà !  Mais il reste tellement de chemin.

 

Et tellement de choses à apprendre et découvrir... Aujourd’hui, comment décrirais-tu ton art ?

 

Holic s’arrête après cette question, l’expression de son visage annonce qu’elle veut aborder un tas de sujets. Elle fait mine de réfléchir puis donne sa réponse :

C’est une question très difficile mais je pense que c’est un mélange de toutes les influences que j’ai pu avoir… si je devais choisir un mot je dirais : coloré !

Sa voix se teinte alors d’encore plus d’enthousiasme. Elle évoque lesdites influences avec passion. Sa gestuelle accompagne son élan d’exaltation et elle poursuit :

Ça passe par Disney, des dessins-animés divers et variés, la bande dessinée W.I.T.C.H, qui est celle qui a marqué mon enfance et qui m’a par dessus tout donné envie de faire du dessin mon métier ! J’ai plus de facilité à dessiner les personnages féminins d’ailleurs, une mauvaise habitude !

Et tu as d’autres passions ?

Je suis une grande passionnée de bandes dessinées, de comics, de jeux vidéo et surtout de Disney et des films d’animations en tout genre. La passion pour mes chats est-elle recevable ?   

 

Elle l’est ! rit Yona. Est-ce que tu te souviens de la façon dont tu as découvert Orbesonge ?

Par un ami qui m’a parlé de l’association après les avoir croisés en convention, j’ai tout de suite accroché avec l’univers et j’avais très envie d’apporter ma petite contribution.


Elles longent toujours les bords de mer de nuages, se retrouvant devant la vue infinie du haut de la falaise. Yona se tourne vers son amie et lui demande posément :

Et comment te sens-tu ici ?

Très bien. J’ai fait de merveilleuses rencontres ici et j’ai pu développer certains de mes projets grâce à Orbesonge. Plus qu’une simple association, j’ai pu trouver des ami.e.s et une réelle entraide en Orbesonge !

As-tu une vision personnelle du monde onirique ?

Je dirais que pour moi un monde onirique te permet d'être qui tu veux, une meilleure version de toi même !

Justement, que fais-tu au sein d’Orbesonge ? Comment est cette meilleure version de toi-même ?

Ici elle est experte en potions ! Donc des potions en tout genre, même si elle a un faible pour celles qui produisent des effets de lumière ou de paillette...et parfois même des explosions. Elle est fascinée par l'océan qui n’existe pas en Orbesonge. Aussi, plus réellement, cette meilleure version de moi serait la personne très à l’écoute que je ne suis pas toujours et peut être un peu moins procrastinatrice !

 

Au sommet de cette belle immensité, elles se mettent davantage à rêver. Là, en haut d’une mer de nuages, planant presque dans les étoiles, elles se quittent pour très rapidement se retrouver en d’autres terres.

 

Retour en terres plus réelles

Essoufflées par l’attraction qu’elles viennent de faire, Holic et Yona s’assoient sur un banc, le ventre encore noué. Elles rient et observent la foule. DisneyLand est un lieu d’amusement, de rencontres, de rêve aussi pour Holic !
Yona ressort son journal et se remet dans le bain au milieu des cris d’excitations et du brouhaha festif:

Holicdraw est ton vrai nom d’artiste, c’est ça ? J’imagine qu’on peut te retrouver sur les réseaux sociaux et acheter tes œuvres ?

En effet j’utilise ce nom depuis des années. Je suis sous ce même nom sur Facebook, Twitter et Instagram où je prends quelques commandes quand je ne travaille pas sur ma BD Altered Blood qui est disponible sur Ulule.

 

Et de quoi, ou qui, t’inspires-tu ?

J’ai tellement d’influences et de gens que j’admire dans le milieu du dessin... J Scott Campbell, Barbara Canepa, Alessandro Barbucci, Criss, Joe Madureira… Mais j’ai aussi grandi avec les animes et les Disney avec lesquels j’ai commencé à dessiner ! Dessiner en musique c’est aussi très inspirant !

 

J’ose demander si tu as une routine, ou une façon de travailler bien particulière ?

Holic pouffe de rire, regardant en l’air avant de donner sa réponse la plus franche avec une pointe d’amusement dans la voix :

Dans le chaos total la plupart du temps et chez moi ! L’organisation ce n’est tristement pas mon fort, promis je fais des efforts ! Mais toujours avec plaisir et même s’il y a des périodes de blocage j’essaie d'être la plus efficace possible ! Je ne m’impose pas d’horaires précises mais il semble que je sois plus efficace la nuit.

 

Oh, une artiste de la nuit ! Tu saurais dire à quel point l’art influence ta vie ?

Je pense que le dessin est vital. Je peux avoir du mal à exprimer certaines choses parfois, c’est un moyen pour moi d’extérioriser, de faire passer des messages parfois, d'évacuer ce qu’il y a dans ma tête. Le dessin me permet de créer des personnages qui font partie de moi, les personnages principaux d’Altered Blood ont tous un morceau de ce que je suis par exemple. C’est ma manière de les rendre le plus vivants possible et quelque part

« d'exorciser » certaines choses.

 

C’est inspirant tout ça ! Tiens, aurais-tu un mot ou une citation qui te correspond bien ?

Je dirais : « Ne laisse jamais personne te dire de quoi tu es capable, c’est à toi de choisir de vivre ta vie » du roman L’homme qui voulait être heureux.

 

Un homme voulut être heureux, et deux femmes aussi ! Dans ce grand parc d’attraction, l’endroit des rires et du bon temps, les rêves planent et l’inspiration vit en chacun·e. Notamment en notre artiste Holic, qui profite de chaque seconde dans cet univers qui la passionne.