· 

Rendez-vous en terres oniriques : Aoi Milk

 

Dans l’ombre de la nuit couleur améthyste, là, au sommet d’une montagne illuminée d’un chemin facilitant l’ascension, un grand château se dresse, solitaire et majestueux.

 

Après une longue marche, Yona arrive enfin à ses portes et entre. L’endroit est très reposant, personne ne semble y vivre bien que la lumière règne dans chaque pièce.

 

L’atmosphère la transporte dans un calme solennel tandis qu’elle traverse le château à la recherche d’Aoi Milk, la personne qui l’a ici conviée pour leur rendez-vous en terre onirique.


Enfin, Yona tombe sur la guerrière à l’armure rougeoyante, celle-ci porte son arme sur son dos, il faut croire qu’elle ne s’en sépare jamais. Elle regarde à l’horizon, debout sur un balcon, guettant le moindre appel, prête à s’envoler si un danger l’y oblige.


Les deux femmes finissent par se rencontrer et après une brève salutation, elles se mettent à marcher, parcourant le château endormi. Aoi Milk est une fervente défenseuse qui n’aime pas avoir l’impression de perdre son temps : heureusement le temps n’a pas de réelle prise en Orbesonge, leur entretien peut enfin commencer, dans le calme de la nuit.

Alors Aoi, concrètement qui es-tu ? lance Yona pendant leur balade. Réponse laconique :

Illustratrice et créatrice touche à tout et à mes heures.

 

Rien que ça ?! Tu peux m’en dire plus sur toi, comme par exemple, d’où vient ton nom ? La chevaleresse s’efforce d’entrer dans les détails. Elle réfléchit et répond à la question alors qu’elles entrent dans une grande pièce du château.

Aoi est mon “3ème prénom” depuis 16 ans. Milk est venu bien après. Il s’agit d’une référence à ma mascotte, Packy, qui est une brique de lait.


Une brique de lait ?!

Pourtant j’ai horreur du lait. C’est surtout à cause de la tendance des briques de lait mignonnes.


Yona s’attarde sur l'épée accrochée à son dos. Elle imagine d’abord le poids de sa tenue avant de reprendre le fil de ses questions, poussée par la curiosité : Quatre ans maintenant que tu es en Orbesonge, tu es même considérée comme la chevaleresse servante d’Orbesonge, pas vrai ? C’est la grande classe ! Comment c’est venu ?

Tout a commencé par des squattages au QG alors que les conventions se préparaient, répondit très fièrement Aoi. Je connaissais déjà pas mal de monde et puis de sympathisante, je suis passée bénévole. “Chevaleresse servante” ça correspond bien à mon côté paladine. Mais sois gentille, laisse-moi t’épargner la phase de recherche sur “Qui serais-je en Orbesonge ?” !

 

Et au final, c’est quoi Orbesonge pour toi ? Qu’est-ce que ça t’apporte ?

Une bande de potes surtout ! Ça m'a permis de côtoyer des gens qui progressent dans des domaines variés et c'est toujours intéressant d'apprendre de nouvelles choses sur les arts et les boulots des autres.

 

Apprendre des nouvelles choses ? Quoi par exemple ? Aoi ralentit la cadence déjà très lente, elle songe un instant et se remémore à voix haute :

À l’époque où je m’occupais des artistes de l’asso pour rédiger - comme toi - les articles de l'Écho des Songes, j’ai découvert pleins de choses très chouettes au sujet de lectures, films, séries, et mêmes des jeux et autres références données lors de nos Coups de cœurs ou de nos Playlists oniriques. Ça peut aussi être des techniques : je me suis par exemple attelée aux illustrations numériques alors que j’avais horreur de ça ! Sinon, j’ai continué à m'entraîner aux promarkers. J’ai aussi appris à faire des attrape-cauchemars pour aider Blue.

 

Mais oui, tu dessines c’est vrai ! Depuis quand ?

Alors je dirais depuis toujours… Je veux devenir dessinatrice depuis que j’ai 8 ans.


Oh, je vois. Tu me rappelles qu’il faut absolument que je jettes un coup d’œil à ton art ! D’ailleurs est-ce qu’on pourrait dire que ton art est ton arme ?

J'aurais plus vu ça comme un bouclier plutôt qu'une arme. Je ne pense pas être une artiste qui veuille se soulever contre la société avec son art, même si je n'en pense pas moins. C'est avant tout un moyen de m'évader et de me dire "ah bah le monde il pourrait être chouette comme ça".

 

Quelle belle façon de penser. Dis-moi, de quoi t’inspires-tu ?

De tout ce que je peux voir ou lire… En ce moment je suis beaucoup dans le monde du jeu de société/JDR, ça se voit sur mes dernières réalisations.

 

Si tu devais décrire ton travail, que dirais-tu de tes œuvres ?

Qu’elles se cherchent encore… J’ai plus ou moins réussi à me fixer un style de dessin mais il me faudrait trouver le type de colorisation que j’aimerais à l’avenir utiliser. C’est bien d’être polyvalente mais ce n’est pas vraiment ce que je cherche.


Elles empruntent un grand escalier qu’Aoi Milk monte sans difficulté. Des lumières dorées guident le chemin. Les deux comparses les suivent et arrivent sur un palier au sol luisant. Sinon, as-tu d’autres passions ?

Oui, les jeux de société, les histoires (Histoire avec un grand H et fictions). Pour les jeux de société... je ne saurais pas dire pourquoi ça me passionne, le côté social peut-être ? Elle fait mine de réfléchir. En ce qui concerne les histoires, j’ai grandi avec les contes, fables, mythes et je ne me suis jamais séparée de l'intérêt que je leur portais. Petite, je créais déjà des sortes de BD pour en raconter, à défaut de pouvoir écrire des romans (je voulais pourtant être écrivaine). Et l’une de mes matières préférée à l’école était, sans grande surprise, l’Histoire. Au final je dessine pour raconter des choses : aujourd’hui j’ai des projets de BD en attente et je fais du jeu de rôle, ce qui combine un peu les deux.

 

Dans leur promenade, un panorama saisissant sur l’extérieur attire leur attention. Elle rejoignent l’ouverture et admirent un moment la vue. D’un ton plus posé, Yona et Aoi se mettent à parler de ce monde onirique incroyable.

Et que fais-tu au sein de l’association ?

Pour l’heure, j’aide à la création artisanale, les attrape-cauchemars notamment, des produits vendus sur le stand Orbesonge. Je réalise aussi les portraits allégoriques lorsque je peux me déplacer en convention avec l’asso.

 

Que cherchais-tu au début ?

Une expérience dans le milieu associatif et rencontrer plein de gens.

 

Et tu en penses quoi, aujourd’hui, de ce parcours associatif ? insiste Yona.

Ça m’aura permis de faire plein de choses variées. Des dessins, des articles de blogs, de l'artisanat, tout ça.

 

Voilà qui me permet de vraiment bien te connaître, ça m’en fait des choses à découvrir ! Merci pour ce temps que tu m’as accordé, j’imagine que la vie de chevaleresse en Orbesonge est chargée. Ce fut un plaisir d’en apprendre plus sur toi, Aoi Milk.

 

L’entretien onirique terminé, elles réalisent qu’elles ont eu le temps de visiter tout le château. Aoi Milk accompagne Yona jusqu’à l’entrée. La chevaleresse se repose peu, autant en profiter pour rester plus longtemps au château. Ainsi, guidée sur les sites rocheux, Yona laisse sa conscience revenir à son lit et disparaît des contrées oniriques, ravie d’en avoir plus appris sur une membre accomplie d’Orbesonge.

Retour en terres plus réelles

Photo by Luffy Sarutobi
Photo by Luffy Sarutobi

Le soleil estival illumine la commune du Lanquais, ses forêts et son lac. C’est un jour idéal pour se rencontrer, pour fêter l’arrivée des beaux-jours. Yona traverse à pied le chemin menant au château de Lanquais où elle trouve Aoi Milk, pleine de fraîcheur, qui l’attend.


Celle-ci sait profiter du beau temps, sa longue jupe fluide suit le moindre mouvement de la brise, ses cheveux s’envolent et son beau teint enchante Yona. Ainsi commence leur entrevue, toutes deux assises sur l’herbe à quelques pas de là où se dresse le château. Le vent se fait doux et agréable, c’est le moment idéal pour se lancer.

“Aoi Milk”, ça doit avoir une signification spéciale, non ?

Oui, pour moi c’est un peu plus qu’un simple pseudo car je me le suis approprié (alors que j’ai des pseudos notamment pour les MMO qui peuvent varier). Ça me vient de l'anime Ghost in the shell Stand alone complex, dont je suis très fan et que je découvrais à l’époque. Quand j’ai vu écrit le prénom sur une casquette - rouge d’ailleurs, si c’est pas un signe ! - je l’ai tout de suite adopté.

 

Oh que oui, c’est un signe ! Parlons de ce que tu fais, tu es illustratrice, mais est-ce devenu ton activité professionnelle ?

Alors j’aimerais, malheureusement la réalité m’a rattrapée et je ne peux toujours pas en vivre.


Je te souhaite d’y arriver alors. Sinon, tu as une façon particulière de travailler ?

Je peux pas faire une chose à la fois donc je vais mettre de la musique en fond, sinon c’est carrément un film, une série ou une vidéo YouTube. C'est mal car parfois j'aurais vraiment besoin de concentration donc il faut que je limite ça. Par contre, sans musique c'est compliqué : elle m'aide à m'immerger dans "l'histoire" que je veux créer. J’étais très attachée au traditionnel mais depuis peu je travaille surtout au numérique. Ah et parfois je streame, c’est une autre façon de faire plusieurs choses à la fois.

 

Oh, génial ! Donc je peux même te regarder en live ?! Compte sur moi pour être de la partie ! Dans ce cas, tu dois avoir un lieu propice pour dessiner ? Des heures que tu préfères aussi ?

Comme je me suis limitée à ma tablette, je ne peux bosser que de mon bureau. Et le soir, mais bon, pas vraiment le choix quand je dois me plier aux horaires d’une boîte.

 

Est-ce que ta profession influe sur ton art ?

Pas vraiment, je ne fais rien de suffisamment intéressant pour que ça ait un véritable impact.

 

D’accord. Dis-moi, il y a bien des choses en particulier qui inspirent ton art, non ?

J’adore les histoires, tout ce qui est conte, mythologie, avec une affection particulière pour la mythologie gréco-romaine ! Niveau illustration, dans mes artistes chouchou on va retrouver… Elle sort son smartphone et en profite pour montrer en image lesdites influences :
Calicot, Kme, Abigail Larson, Artgerm, AsmoGharlieraHannah Alexander, Ilya Kuvshinov, Souris de Coton.
Je suis très inspirée par l’essentiel des illustrations des cartes Magic aussi ! Tu trouveras le reste dans mes favoris sur mon Artstation.

Aoi Milk, emportée dans sa discussion, tend sa carte de visite à Yona,  celle-ci toute ouïe aux mots d’Aoi. L'illustratrice reprend aussitôt avec beaucoup d’enthousiasme :

Sinon pour ce qui est des mangas, je citerais Masamune Shirow, Naoki Urasawa, Kenji Tsuruta.

Enki Bilal pour ce qui est de la BD.

Kiyohiko Azuma et Leslie Plée pour ce qui est du strip et des bandes dessinées tranches de vie.

Pour ce qui est de l’art et l’illustration plus “classique”, j’aime Auguste Renoir, Gustave Doré, Arthur Rackham, Michel-Ange, les œuvres antiques ou de la Renaissance en général, Edward Burne-Jones, John William Waterhouse, Mucha...
Enfin, niveau genres, la Fantaisie, le Cyberpunk, le Steampunk pour l’essentiel. Tu peux aller voir les playlists et Coup de coeurs de l'asso archivés pour plus d’informations sur mes goûts.

 

Je n’y manquerai pas, ça me fait un paquet de références ! Et toi, on te retrouve où ?

Aoi montre du doigt sa carte de visite :

 

Clic !


Une belle après-midi d’été, un château solitaire et un rendez-vous. Il est simple de tisser des liens, tout comme il est important de connaître l’univers de chacun·e. Par la suite, les deux amies visiteront le château, ses salles d’armes et ses salons d'apparats comme les aime Aoi, pendant que, derrière elles, émane une atmosphère de magie.