Causerie rêveuse #4 - L'art et la technologie

Par la Team

Nouvelle année, nouveau concept ! Retrouvez chaque mois un entretien entre nos onironautes autour d'une thématique liée à l’art, la psychologie, la philosophie, le rêve ou tout autre sujet digne de réflexion.

Aoi Milk : Ayant une formation en Arts plastiques, quand j’ai entendu le thème de cette causerie, j’ai tout de suite pensé à la technologie en tant que support de l’Art. Il faut bien faire la différence entre l’outil, qui va servir à créer de l’Art, et le support, qui est l’Art en question.

 

Arcaël : Je dois bien avouer que je vois plus la technologie comme un outil que comme un support… Dans le cas de la musique, la technologie ne m’apporte qu’une aide pour faire quelque chose que je n’aurai pas pu faire.

 

Mister Flech  : Cela dit, il y a par exemple des gens qui font de la musique avec des disquettes, c’est assez impressionnant, et du coup, la technologie devient un outil (ou instrument) et pas seulement un support.

 

Capitaine Blue : On a donc deux courants de pensées ici : ceux qui vont utiliser la technologie comme un outil pour créer de l’Art grâce à des logiciels, des tablettes graphiques, etc., et ceux qui vont utiliser la technologie pour faire de l’Art, avec par exemple comme le dit Flech ceux qui font de la musique avec des disquettes. La technologie devient de l’Art.

 

Mister Flech : Ça vaut aussi pour la sculpture et l’imprimante 3D.

 

Capitaine Blue : Peut-on donc considérer que c’est toujours de l’Art ? Pour moi, il faut savoir faire la différence entre un pur artiste et un “technicien”. En utilisant la technologie comme outil pour faire de la peinture - avec une tablette graphique - on peut évoluer très vite. Suffit de regarder des tutos et la facilité apportée par l’outil fera le reste. Une fois que tu as maitrisé ton outil, tu peux faire de belles choses sans difficulté (la peinture numérique avec l’utilisation des textures par exemple donne tout de suite une impression de maîtrise), mais ça ne fait pas de toi un véritable artiste. Si on te place devant un tableau avec un pinceau, tu ne t’en sortiras pas aussi bien.

 

Raxa : Pas exactement, je veux dire que le pire des dessinateurs traditionnels restera mauvais si on lui colle une bonne tablette graphique avec un logiciel complet. Car il faut maîtriser le support mais aussi l’art en lui même. C’est en apprenant autant l’un que l’autre qu’on saura évoluer dans le domaine.

 

Mister Flech : Après… l’outil ne fait pas le talent, on le sait tous. Par exemple pour le vidéaste, avant de travailler avec une super caméra et un super micro, faut quand même savoir faire une vidéo correctement. Et sinon, pour revenir sur ce que dit Blue, ce que tu dis pour moi, c’est comme si tu disais qu’une personne avec un burin n’arrivera pas à refaire un dessin qu’il a fait avec un crayon. Que ce soit de la peinture avec des pinceaux ou numériquement, ce sont deux outils différents et donc deux pratiques différentes, mais ça reste du dessin.

 

Capitaine Blue : Je ne suis absolument pas d'accord avec vous. J'ai plein d'exemples sous la main pour prouver le contraire, même si j'ai l'impression que ce que tu as dit Flech, va exactement dans mon sens ;) Qui pour rebondir ?

 

Clow  : Tiens, j’ai une interrogation pour vous, j’ai déjà mon idée, mais je voulais avoir votre avis… Il y a quelques temps, un homme a perdu son bras droit dans un accident de moto, cet homme voulait plus tard devenir batteur. Eh bien grâce à la technologie, à l’impression 3D etc. on a pu lui greffer un bras articulé, et il fait de la batterie maintenant. A ce moment là, la technologie est perçue comme un outil ou un support ?

 

Arcaël : Mmmhhh… un outil, je vais vulgairement caricaturer mais si ça avait été un support, il aurait pris le bras articulé avec son bras valide, et il taperait sur la batterie avec.

 

 Bureau du Capitaine avec la tablette graphique (CINTIQ)

Kurosacha : J’aimerai parler des logiciels, ce sont des outils qui nous servent à… produire de l’Art, c’est vulgairement dit mais c’est l’idée. Donc on parle là d’outils qui nous permettent de faire numériquement ce qu’on faisait manuellement avant. Dans le logiciel Zbrush, qui permet de faire de la sculpture 3D, tout est fait pour avoir l’impression de créer avec une sculpture manuelle : la matière est rouge comme l’argile par exemple, il y a des brushs qui font des effets que tu pourrais faire avec tes doigts ou de vrais pinceaux. C’est juste une version numérique de ce que l’on pourrait faire dans la réalité, pour moi c’est pareil.

 

Arcaël : Ce n’est pas pareil au fond, pour continuer dans ton exemple, l’argile, une fois que tu as sculpté dedans, et que ça a séché, pas de retour en arrière possible, alors que ton logiciel, je suis sûr que tu peux faire des retours arrière quand tu veux.

 

Kurosacha : En effet…

 

Arcaël : C’est l’avantage qu’apporte la technologie, faciliter des choses qui seraient… plus contrariantes en vrai, encore un exemple mais pour le dessin au crayon, avec des logiciels, un trait te plait pas tu l’effaces, en vrai, tu fais ça avec une gomme en prenant le risque de foirer tout le dessin.

 

Aoi Milk : Effectivement… quelqu’un pour tenter de conclure cette causerie ?

 

Raxa : Et bien pour moi le numérique comme tout ce qui a été créé par l’homme est forcément repris par l’Art. Au final on fait du papier on l’utilise pour dessiner, on invente le cinéma et on sort des films, on passe au numérique et on y appose le dessin et la vidéo et tout ce qu’on peut y mettre et on crée avec. L’Art reprendra toujours tout pour le tordre et voir ce qu’il peut faire avec.

 

Meian'Jin : Pour avoir touché à beaucoup de choses, je sais que le talent est le premier obstacle réel à l’Art “beau”. Or, c’est exactement ce que la technologie permet de faire, de l’Art “beau”. L’expression et le ressenti face à l’Art est une chose strictement personnelle et émotionnelle qui ne dépend pas de l’outil. Pourtant, il nous donne l’accès à un panel de différentes expressions. L’Art est le sujet de la technologie et la réciproque est vraie. Je pense que la technologie est un moyen d’expression qui s’émancipe de la notion d’Art traditionnel, jusque dans notre façon de la nommer - on différencie le Digital Art du Traditional Art - et qui reflète, comme à toutes les époques, une volonté d’expression différente pour des sujets de plus en plus diversifiés. “Tout a déjà été fait”, disait le savant, “Je me contenterai du reste”, lui répondait le poète. Prenons le cinéma comme exemple. Le Septième Art a connu ses gageures, et longtemps, la question même de savoir si celui-ci en était un ou non s’est posée. Mon humble avis est le suivant. La technologie évolue mais sa fonction n’a pas changé : ramener à zéro la notion de besoin. C’est par l’imagination, l’inventivité et la volonté de s’exprimer que nous créons l’Art. Ainsi donc, comme le disait Flech, comme le disait Kurosacha, etc… la technologie est un outil qui nous permet de nous exprimer sur de nouveaux sujets que nous n’aurions pu explorer sans elle. Elle remplit donc sa fonction : nous simplifier les voies d’expression, nous permettant de nous concentrer plus justement sur le sujet principal, l’Art.

 

Capitaine Blue : Les outils numériques ne changent rien au concept d’Art et d’artiste, dans tous les cas c’est un outil qui facilite les choses, mais tout le monde n’est pas capable de faire de l’Art comme on l’imagine. Au final, peu importe l’outil que l’on a, ça ne change rien au message qui va être transmis et au fait de savoir si on est un artiste ou non. Le moins prochain, nous aborderons le thème suivant, ça tombera bien : qu’est-ce qu’être artiste ? Je sens qu’il y a matière à débattre !

 


Participez à notre causerie en laissant un commentaire :

Écrire commentaire

Commentaires : 5
  • #1

    Antisélène (mardi, 18 avril 2017 10:04)

    "Tout le monde n’est pas capable de faire de l’Art comme on l’imagine"
    Très réducteur et c'est complètement faux. Surtout que l'art est aujourd'hui défini par les commissaires d'exposition.

  • #2

    Capitaine Blue (mardi, 18 avril 2017 12:34)

    "Capable'' n'est pas le bon mot. Là n'est pas le sujet de cette causerie mais de la suivante, où je pourrais tenter de mieux expliquer mon point de vue sur l'Art, pourquoi je renie les commissaires d'exposition et en quoi, selon moi, être artiste demande certaines conditions qui les sépare de ce que j'appelle les techniciens.

  • #3

    Antisélène (mardi, 18 avril 2017 13:42)

    C'est une logique de classage ça. Certains "techniciens" sont de très bons artistes tout comme certains sont de très bons écrivains (des perles dans la science fiction notamment) Je suis une sorte de technicienne/réaliste (dans le domaine de l'architecture - ce qui est de l'art aussi, d'ailleurs) et pourtant j'écris et je dessine presque tout le temps car j'en ai besoin.

  • #4

    Capitaine Blue (mardi, 18 avril 2017 14:08)

    Je pense que tu n'as pas la même définition que moi de technicien, puisqu'il n'y en a pas plusieurs "sortes" comme tu dis, et surtout parce que je ne comprends pas ce que tu entends par "technicienne-réaliste". J'y reviendrai, comme dit plus haut, dans la prochaine causerie où je donnerai la définition de ce que j'appelle un "technicien".

  • #5

    Antisiélène (mardi, 18 avril 2017 14:21)

    Je me dirige vers le métier de technicien du bâtiment pour faire plus simple et je ne comprend pas non plus ce que tu veux dire. A moins que tu as une autre version du terme de technicien ou alors faut employer un autre terme car ça porte à confusion.