Coups de cœur de la Team #2

Par Aoi Milk

Bienvenue à tous.

Cette fois-ci, nous vous proposons d'abord une petite sélection de titres se rapportant au thème du mois : les machines. Puis, place à notre tout dernier concept, le SUPER SMASH MOVIE qui consiste à se battre entre onironautes pour défendre ou descendre un film visionné ensemble ! Ferez-vous partie de la Team POUR ou de la Team CONTRE ? Pas de neutralité possible !
En vous souhaitant une bonne lecture.

 

Mangas


 GHOST IN THE SHELL
Masamune Shirow

 

Aoi Milk : Alors oui j’ai vu le film et vous trouverez mon avis plus bas. En 2025, la société accède à l’âge de la cybernétisation de masse. Pour parer à toutes ses dérives, une section gouvernementale est créée pour affronter les cybercriminels : la section 9. La trame la plus connue est bien entendue celle du film avec les Puppetmaster mais la section 9 sera confrontée à bien d’autres situations allant du trafic de robots aux hackeurs, en passant par les intrigues gouvernementales. Comme toujours le résumé n’est pas forcément très vendeur et pour cause, je tiens à vous laisser découvrir l’œuvre par vous-même. Ce qui fait la force de ce manga (en dehors des phases d’action areum !) ce sont les nombreuses problématiques abordées, qui donnent une vraie profondeur au personnage. Même si dans le manga on suivra surtout le Major et ses sentiments vis-à-vis de sa nature de cyborg, on aborde tout un ensemble des problèmes : la situation politique dans ce « nouveau » monde, les enjeux liés à l’individu, la définition de l’être humain et la place des machines, les dérives du système et les nouvelles menaces. L’univers est travaillé avec précision, chaque nouveau terme (qu’il s’agisse de politique, de corps cybernétique, armes…) trouvera sa définition à proximité de la case (ce qui fait une lecture très dense je ne vais pas vous le cacher, mais en contrepartie permet d’entrer dans l’univers et d’en comprendre les détails).

 

Pour ce qui est du dessin, les pages couleurs aussi bien qu’en noir et blanc sont superbes. Le détail apporté aux décors (les plans de la ville notamment) et l’ensemble des machines (le fameux esthétisme des câbles partout qu’on retrouve dans les œuvres SF des années 80) me laisse sans voix. Le line est soigné, et si les trames sont simples, elles sont largement suffisantes face à cette profusion de détails. Bon et puis juste pour les Fuchikoma vous devez lire Ghost in the shell. Car en plus d’être des tanks araignée (que ça me fait mal d’écrire ce mot) super classes qui donnent lieu à des illustrations juste magnifiques en début de chapitres, ils sont juste géniaux (ce n’est pas pour rien qu’un anime est consacré à leur descendant les Tachikoma). Ces petites IA sont aussi là pour vous faire partager leurs états d’âme : mais au final une IA, un corps cybernétique même habité par un cerveau humain, ont-il une âme (un ghost) ?

 PLUTO
Naoki Urasawa

D'après Astro le petit Robot : Le robot le plus fort du monde d’Osamu Tezuka

 

Aoi Milk : Je crois qu’on a là une des meilleures réécritures d’un manga qui soit. L’œuvre dont est tirée l’intrigue de base est constituée de 2 mangas et en anime cela donne 2 épisodes. Là, le génie d’Urasawa nous livre 8 tomes qui sauront saisir les amateurs de Thriller. L’histoire cette fois-ci ne se place pas du point de vue du héros mais de celui d’un des personnages secondaires de l’œuvre de base, l’Inspecteur Gesicht d'Europol. Un autre robot qui vit et travaille comme un être humain. Cette mission : trouver l’individu qui cherche à éliminer les robots les plus forts de la planète. Le manga démarre sur une émission hommage aux premières victimes mettant directement dans le bain : Mont Blanc, un robot là pour aider son prochain aimé de tous et entouré par les enfants. En deux pages l’auteur fait en sorte qu’on s'attache à un personnage dont on ne saura jamais rien de plus. Et c’est là la force de tous les mangas d’Urasawa : ses personnages sont cruellement attachants. Cruellement car comme dans Games of Thrones, il ne faut s’attacher à personne. Chacun des robots qui n’avaient qu’un rôle secondaire dans les aventures d’Astro se voient attribués d’une histoire qui nous les rend humains. Gesicht est un des héros les plus intéressants qui nous soit donné d’avoir. Histoire douloureuse, sens aigu de la justice, mais profondément humain avec ses doutes, ses failles. Je trouve le choix d’en faire le héros excellent. Mais les autres robots ne sont pas en reste.

Pour le dessin non mais ces visages quoi ! Fin, légèrement caricaturaux/manga, rendant les personnages fort sympathiques (voire complètement antipathiques) le style parfait pour le genre de manga. Les décors et ce qui va avec bien entendu rien à dire, la réputation de l’auteur n’est plus à faire en la matière. On retombe dans des problématiques proches de celle développée dans Ghost in the Shell, les machines sont-elles pourvues de sentiments ? Quelle est leur place dans la société ? Qu’est-ce qui les distingue de l’être Humain ? Le tout avec l’intrigue des disparitions des robots.

Pour allé plus loins sur la comparaison de l'oeuvre de base et celle d'Urasawa et Nagasaki je vous conseille cet article de la Base secrète (site dédié aux oeuvres d'Urasawa)

BD


Azimut
Azimut, Lupano & Andreae

 

Kashmyr : Azimut se déroule dans un univers au sein duquel plusieurs créatures semi-mécaniques, aux origines inconnues, sont intrinsèquement liées au Temps. Celles-ci l'influencent, peuvent le figer, l'accélérer, emprisonner notre reflet... C'est au sein de cette faune particulière que notre histoire prend place. Toutefois, un événement important va venir chambouler l'équilibre de ce monde : il va perdre le nord. Oui, oui, concrètement. Les oiseaux ne peuvent plus s'orienter, les boussoles ne fonctionnent plus... cet événement absurde va mettre tout sens dessus dessous. Mais ceci n'est que le premier domino à tomber, et étrangement tout ne semble mener en réalité qu'à un seul individu qui ne s'intéresse qu'à son propre sort : Manie, jeune femme égocentrique et manipulatrice. Tandis qu'elle mène sa vie, d'autres plus aventureux, ou malencontreux, vont tenter de cerner le schéma mystérieux qui se dessine autour d'elle, et lever le voile sur les énigmes du Temps.

 

Je recommande fortement cette bande-dessinée. Azimut possède tout d'abord un scénario bien ficelé et entraînant, écrit par W. Lupano (Alim le tanneur, Les vieux fourneaux...). Les personnages sont bien conçus, ils ne sont pas particulièrement sympathiques et pourtant leurs parcours nous rapprochent d'eux. Ceux ne sont pas ces personnages qu'on admire et qu'on chérit, au contraire, mais on veut savoir comment de telles personnes vont mener cette quête dans laquelle le destin les a précipitées.

 

Au niveau du dessin on a un travail d'une maîtrise incroyable. Cuisiné aux petits oignons par JB Adreae, on obtient un chara-design avec un caractère unique, des décors minutieux qui vous happent (avec des perspectives réalisées à l’œil nu, mon dieu !), des ambiances subtiles et frappantes, et une mise en page équilibrée. En fait cette BD est un véritable travail de pro, portée par un travail de fou !

 

Enfin, on ne peut que tomber sous le charme de cet univers steam/fantasy régit par des règles bien à lui.


! super smash movies !

Ghost in the shell (2017)

Team POUR

Blue : Ça fait un bail que je souhaitais me pencher sur l'univers archi-connu de Ghost in the Shell. Et ce film a été le prétexte pour basculer enfin dedans. Pour un non-initié, ce film ouvre véritablement une curiosité intense qui pousse à se plonger dans toute l’œuvre de Masamune Shirow, et de devenir pourquoi pas un fan de la licence. J'ai adoré les effets spéciaux et pour une fois, la 3D. Je suis aussi particulièrement fan de Scarlett Johansson dont la beauté m'émoustillera toujours. J'ai trouvé chaque acteur absolument badass, et je n'ai pas eu le temps de m'ennuyer, trop occupée à essayer  de comprendre l'univers dans lequel j'étais embarquée. J'aurais même très envie de voir un second volet, pour continuer la ligne scénaristique défendue. En attendant, je file lire le manga, et regarder l'anime. Une belle introduction à GITS donc, pour les personnes qui ne connaissaient pas.

Team CONTRE

Aoi Milk : Alors forcément l’avis de la fan jamais contente est là ! Le côté action de GITS est bien mis en avant... trop... On ne retrouve plus ces phases plus posées d’introspection silencieuse des protagonistes. Du coup on a le sentiment que certaines crises identitaires sont des lubies, alors que c’est l’essence même des personnages. La fusion d’Hideo Kuze et du Puppet Master donne un “méchant” moins profond et intéressant que ce qu’ils étaient. Le leader charismatique devient un simple outil de pathos pour un scénario hollywoodien et l'IA en quête d’identité, au final, en trouve une… Si je devais résumer ce que je reproche au film ce serait de ne pas s’être approprié scénaristiquement l’univers de GITS : la série SAC ne suit pas le manga mais au niveau de l’univers on y est, on a tout le côté philosophique et intrigue politique avec de nouvelles références qui viennent s'ajouter à toutes celles déjà présentes dans l’œuvre d’origine. Même les deux films de Mamoru Oshi se calquent sur des chapitres du manga mais y amènent leur touche tout en respectant l’essence du manga.



N’hésitez pas à nous partager vos propres coups de cœur !
Bonne lecture à tous.

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Nindo64 (vendredi, 14 avril 2017 21:12)

    Bon et bien je vais aussi donner mon avis étant donné que j'ai vu ce film. Pour ma part, je lis actuellement le manga et n'a pas encore visionné le film d'animation qui est culte si j'en crois les retours. Donc je pourrais pas le comparer aux matériaux d'origine. Je suis donc exactement dans le même cas que Blue x)

    Pour le film en lui même, visuellement ca fait le taf. L'aspect futuriste est bien représenté même si c'est dommage que le film ne nous dise pas où se situe l'action. Pour les personnages, Scarlett est magnifique comme toujours et joue plutôt pas mal. Batou est cool et Takeshi Kitano (qui est le seul à parler Japonais pour une raison qui m’échappe) est badass as fuck. Pour les autres, mouais. Surtout le "mastermind" qu'on nous vendait super puissant au début pour un résultat final décevant à mon sens.

    Ca restait sympa à regarder cela dit :)

  • #2

    AoiMilk (samedi, 15 avril 2017 16:17)

    Bien contente d'avoir ton avis pour compléter le nôtre et que le film t'ait poussé à lire le manga!

    Alors pour Kitano, d'après Durendal qui est seul à m'avoir apporté une réponse dans sa critique, Kitano ne veut apparemment pas jouer en américain. Donc à savoir si les réalisateurs ont pris ça à partie pour montrer que tout le monde est capable de se comprendre grâce à l'apprentissage des langues par téléchargement (là-dessus l’explication en début de film et la réponse en japonais de Saito semble le confirmer). Dans ce cas c'est bien dommage que Chin Han, Pilou Abaek, Juliette Binoche ne parlent pas dans leur langue respective (malgré les traductions de l'américain vers ces autres langues ça en laissait suffisamment pour comprendre l'idée d'autant que la version japonaise doublée par les seiyu du premier film perd complètement cette idée). Bref, quitte à inclure ça (en cas d'obligation ou pas) autant le jouer jusqu'au bout d'autant qu'avec le casting il y avait moyen.

    Après on est d'accord visuellement ça claque et ça se laisse regarder (mais regarde absolument les films et Stand Alone Complex !)