Causerie rêveuse #3 - Le symbolisme des couleurs

Par la Team

Nouvelle année, nouveau concept ! Retrouvez chaque mois un entretien entre nos onironautes autour d'une thématique liée à l’art, la psychologie, la philosophie, le rêve ou tout autre sujet digne de réflexion. Ce mois-ci, on s'interroge sur...

Source : Clic !

Capitaine Blue : Bien, commençons avec une petite définition du sujet. Le symbolisme des couleurs est l’ensemble des associations mentales entre les différentes couleurs et les fonctions sociales ou les valeurs morales.

 

Raxa : En entendant ce sujet, personnellement j’ai envie de ressortir mes cours sur Mondrian, en mode « il a déjà tout dit sur le sujet », ha ha ! Plus sérieusement, c’est un artiste contemporain spécialisé dans l'abstrait qui a écrit des bouquins sur la théorie du symbolisme des couleurs. Et il a écrit des thèses juste énormes sur le fait que, par exemple, quand on demande à quelqu’un dans la rue de dessiner un carré, le plus souvent la personne le dessinera en bleu.

 

Kashmyr : Oui mais bon, là je suis tombée sur un article concernant Mondrian, et en fait Mondrian cherchait à faire l’inverse de ce que l’on essaye de dire. C’est-à-dire « impersonnifier » la couleur et ses symboles.

 

Capitaine Blue : On s’éloigne un peu du sujet, j’ai l’impression que Mondrian est plus dans les associations mentales entre les couleurs et les formes, et non pas les fonctions cruciales des valeurs morales qu'on retrouve dans les formes ou les couleurs.

 

Kashmyr : Après, j’ai fait quelques recherches sur internet, et ce que j’y ai trouvé c’est que notre culture est très catégorique sur les couleurs “simples” : le rouge c’est ça, le jaune représente ça, il n’y a aucune place aux différentes teintes de couleurs. Un vert chaud ou un vert froid selon moi ne va pas représenter la même émotion, le même symbole.

 

Keep : Y a aussi des couleurs qui reviennent plutôt l’été. Genre le rouge, l’orange, le jaune qui sont des couleurs que l’on va attribuer au soleil, au sable, au désert. Alors qu’en hiver, la neige, le blanc, le bleu...

 

Capitaine Blue : En automne il fait froid, et pourtant on se le représente avec les feuilles rouges et or, qui sont des couleurs chaudes.

 

Keep : Les automnes sont pas forcément froid… et moi je vois plutôt l’automne comme une saison douce.

 

Mister Flech : Du coup, le symbolisme des couleurs part surtout de l’observation des objets de la même couleur et ce qu’on veut y attacher.

 

Raxa : Effectivement, mais le meilleur exemple avec son contre exemple que je puisse donner, c’est le blanc et le noir. Pour nous, le blanc représente la pureté, et le noir représente le deuil, alors que dans certains pays asiatiques, c’est l’exact opposé. Je n’ai pas le contre exemple parfait mais, on sait aussi que biologiquement, l’humain voit beaucoup plus de nuances de vert qu’il ne voit de nuances d’autres couleurs. Vu que l’homme a dû faire face aux dangers de la nature - qui est verte - il s’est habitué à percevoir le plus de nuances de vert pour pouvoir le dissocier les autres couleurs. C’est pour ça d’ailleurs que, quand c’est bien, quand on a réussi quelque chose, c’est vert, alors que le rouge nous signifie le danger.

 

Mister Flech : Pour l’aspect scientifique, on perçoit moins de nuances de jaune, parce que nos yeux détectent en premier lieu le vert, puis le bleu, puis le rouge, et enfin le jaune.

 Composition II en rouge, bleu et jaune. Mondrian

Kashmyr : Après, si je peux me permettre, on parle de symbolique de type “le bleu, rapport à la royauté”, mais on oublie les symboliques plus émotionnelles, et c’est là aussi que se pose la question : est-ce que ces symboliques sont universelles ?

 

Aoi Milk : Pour le bleu en rapport à la royauté, je peux vous dire pourquoi ! En fait, les pigments permettant de faire du bleu à l’époque était extrêmement rares. De ce fait, on utilisait cette couleur pour symboliser tout ce qui est image chrétienne, et pour la royauté. Plus tard, avec le “bleu de travail”, cette couleur s’est démocratisée en quelques sortes.

 

Capitaine Blue : D’ailleurs, est-ce que vous pensez que chaque individu est attiré par une couleur spécifique parce que la symbolique de cette couleur lui correspondrait au niveau de l’identité ?

 

Keep : De mon point de vue, absolument pas, parce que personnellement, je n’arrive toujours pas à me fixer une couleur “favorite”.

 

Capitaine Blue : Peut-être parce que tu es du genre indécise.

 

Aoi Milk : Je vais paraître un peu terre-à-terre en partant dans le scientifique, mais pour moi, si on est attiré par telle ou telle couleur, c’est par rapport à la distribution de bâtonnets et de cônes etc.

 

Arcaël : Je pense que la répartition de cônes et bâtonnets ne fait que changer la perception qu’on a de la couleur, et pas l’appréciation qu’on en a.

 

Mister Flech : Pour partir sur autre chose, je me suis fait la réflexion… la couleur que l’on préfère pourrait être la couleur des murs de notre chambre quand on était petit.

 

Clow  : Pour participer un peu au débat, ma couleur préférée a toujours été le violet, parce qu’elle représente le juste milieu entre deux couleurs que j’apprécie aussi, le bleu et le rouge. Il n'y a surement qu’à moi que ça a fait ça, mais je me représente le bleu, rouge, violet, comme le yin et le yang, et cette volonté d’être au milieu de l’équilibre.

 

Arcaël : Je suis tombé sur l’extrait d’une étude, je n’ai pas l’étude en question sous la main, mais de ce que je lis, ils développent l’idée que la couleur n’est pas une propriété de la lumière ou d’objet reflétant la lumière, mais une sensation qui émerge de notre cerveau. En gros, la couleur n’est pas un reflet de la lumière mais une interprétation de notre cerveau.

 

Capitaine Blue : Merci à tous. Un dernier mot Arcaël à ajouter sur ce sujet ?

 

Arcaël : Si la couleur est une sensation qui émerge dans le cerveau, ça explique pourquoi on a toujours voulu attribuer une symbolique à une couleur.

 


Définition photorécepteur, cône et bâtonnet :

Suivant le contexte, le terme photorécepteur peut désigner un neurone sensoriel sensible à la lumière que l'on trouve sur la couche postérieure de la rétine (on parle alors de cellule photoréceptrice ou neurone photorécepteur) ou alors la molécule qui assure la transduction de l'énergie lumineuse en signal biochimique au sein de la cellule photoréceptrice.

Participez à notre causerie en laissant un commentaire :

Écrire commentaire

Commentaires : 7
  • #1

    Melie (lundi, 20 mars 2017 19:50)

    Le concept est intéressant, avoir les avis et les interprétations de tout le monde, chacun ayant sa perception et son avis propre c'est vraiment bien.

    Cependant je trouve que le sujet est un peu trop survolé, autant pour la signification des couleurs, il y a une définition mais pas d'exemples concrets autre que les saisons et l'exemple de Mondrian avec son carré bleu (restons sur le bleu, il peu représenter l'eau, l'hiver, mais aussi l'apaisement et le calme), que pour l'aspect scientifique qui n'est pas tout à fait exact, l'oeil humain étant habitué à voir le bleu, puis le vert par un fait d'évolution, il est donc adapté à voir bien plus de nuances de bleu ET de vert (E-penser l'explique plutôt bien dans une vidéo), et le rouge c'est surtout la couleur qui pète le plus par rapport au vert, ce n'est pas forcément signe de danger, c'est une interprétation humaine.

    Pourtant il y a des choses intéressantes ! L'explication sur le pigment bleu est bien parce que le symbole derrière n'a pas à être interprété selon les gens il est universel (ou du moins continental) bien qu'il ait évolué, ça reste un pigment particulier et c'est bon de le souligner. J'ajouterais aux exemples d'artistes Kandinsky qui, bien que ça me fait mal de l'admettre, a fait un réel travail d'interprétation tant sur la couleur, que les sons et les formes. En lisant les commentaires de chacun on peut se rendre compte que le sujet n'est pas aussi simple et que ce n'est pas un concept universel, chaque culture à sa propre interprétation.

    Peut-être faudrait-il un peu étoffer la chronique et aborder plus en détail le sujet, une conversation c'est bien ça donne du rythme, c'est une très bonne idée je trouve, mais ça ne fait pas tout, et je suis restée sur ma faim. Etant artiste je connais tout cela mais pour certaines personnes ça peut apporter des questionnements auxquels la chronique ne répond pas, mais je sais que ce n'est pas simple de tout expliquer sans faire une conversation de dix kilomètres.

    Quoi qu'il en soit, j'aime le concept et je lirais la prochaine Causerie rêveuse avec grand plaisir !

  • #2

    Capitaine Blue (lundi, 20 mars 2017 20:47)

    Coucou Melie ! Merci pour ton commentaire. On a réduit l'article car on ne veut pas que ce soit trop long, pour éviter de décourager les potentiels lecteurs. Mais si d'autres s'en plaignent, on est prêt à rallonger nos causeries :) Le but est d'ouvrir la discussion et de recueillir les avis de chaque personne pour que la contribution soit intéressante aussi dans les commentaires. A terme, on fera sans doute des vidéos. Je serais ravie de savoir ce que tu as pensé des deux premières causeries ! En tout cas, au plaisir de te lire lors de la prochaine ♥

  • #3

    Zorume (lundi, 20 mars 2017 22:02)

    Ah les couleurs ♥ Mes deux couleurs favorites sont le rouge et le bleu. Le rouge depuis que je suis petite, et le bleu est arrivé pendant mon adolescence et est maintenant ma couleur préférée de très loin. Je l'associe au ciel, à l'eau, à la créativité, à l'originalité, peut-être parce que c'est une couleur qu'on retrouve très peu dans la faune et le flore ? J'aime aussi énormément l'indigo, il représente l'espace, le ciel de nuit, l'immensité d'étoiles... Je le lierais plus à l'inspiration, pour le coup !
    Je pense qu'on a tous notre propre interprétation des couleurs, parce qu'on ne les perçoit pas tous pareil scientifiquement parlant, mais aussi à cause de notre vécu, on peut associer une couleur à un évènement que l'on a vécu, et donc l'associer à une émotion.
    Par contre c'est super intéressant en vrai le passage entre Keep et Blue, comme quoi elle change souvent de couleur favorite, et que c'est sûrement parce qu'elle est indécise. J'pense qu'une couleur favorite c'est en lien avec notre... état d'esprit du moment ? état psychologique ? quand tu grandis tu peux changer à cause d'évènements et ta couleur favorite change avec ça. Par exemple pour moi, mon passage du rouge au bleu, c'est quand j'avais 13 ans et que j'ai commencé à changer, je suis devenue plus féminine et mieux avec mon corps, et j'ai commencé à plus apprécier le bleu. Et aujourd'hui je change encore et j'ai tendance à changer de nuance préférée de bleu, et à de plus en plus préférer l'indigo. Je trouve ça super intéressant.

  • #4

    Keep (mardi, 21 mars 2017 21:39)

    C'est super intéressant ce que tu dis Zorume, d'autant plus que c'est exactement mon opinion. Personnellement j'ai commencé à aimer le bleu en réaction au fait que "le bleu c'est pour les garçons" mais en grandissant je me suis aperçue que ma couleur préférée changeait en fonction de mes humeurs et du contexte. C'est pour ça que le concept de couleur favorite, ou de couleur représentative d'une personne, ça me laisse perplexe.

    Merci pour ton commentaire, tu gagnes un cookie (enfin un dessin de cookie) ;)

  • #5

    Kashmyr (samedi, 25 mars 2017 13:33)

    Bonjour !

    Je pense que tu t'approches d'une vérité Zorume en soulevant le fait que l'appréciation d'une couleur se fait aussi par l'état d'esprit dans lequel on se trouve. Toutefois j'irais encore plus loin en disant que cette couleur du moment nous définie. Je m'explique : l'être humain est perfectible. On est en constante évolution et si l'on est toujours soi, nous ne sommes pourtant plus les mêmes qu'hier. Nous sommes une accumulation de souvenirs propres, liés à nos émotions. Ainsi, il me paraît logique que la couleur avec laquelle on partage une affinité soit mouvante. Je pense que peut-être même le fait d'en changer constamment pourrait être un signe de méconnaissance de soi et de notre nature. Comme si notre esprit n'avait pas imprégné une émotion, un moment suffisamment fort pour qu'il teinte notre vie (c'est le cas de le dire). Cela ne voudrait pas dire qu'on est morne ou sans vie, au contraire, plus que l'on n'arrive pas à départager dans tous ces souvenirs lequel (ou lesquels) est (sont) marqué du plus d'authenticité ?
    Je suis en tous cas de plus en plus persuadée que si l'a priori qu'on a d'une couleur est culturelle, notre affinité elle est tout à fait unique et personnelle. Elle se manifesterais par des expériences fortes liées à celle-ci, qu'on associerait de façon culturelle à cette expérience (bleu =calme), ou de façon empirique avec un lien direct à celle-ci.
    La raison pour laquelle toi, ou Keep, ou nombre d'entre nous avons plusieurs fois changé de couleur favorite est peut-être tout simplement le signe d'un épanouissement personnel :)

  • #6

    Antisélène (jeudi, 06 avril 2017 10:18)

    Notre rapport à la couleur est forgée par la culture et par nos perceptions.

    Nous avons un merveilleux exemple : Neil Harbisson (un artiste que je trouve très intéréssant par ailleurs - ce qui peut expliquer mon choix)
    Il possède une vision achromatique, c'est à dire qu'il ne perçoit biologiquement pas d'autres couleurs que le noir et le blanc mais la conception de l'eyeborg lui a permit de distinguer des couleurs grâce à des sons. Il a donc associé les couleurs avec des sons... Et mêmes celles que nous ne pouvons pas voir comme l'ultraviolet.

    Quelque chose en ressort et dont on fait rarement la remarque mais est pourtant commun à l'humanité toute entière....
    .... La couleur est aussi un concept.

    Il serait inutile de vous parler de diffraction de la lumière ici, et donc de son côté biologique qui est clairement limpide. C'est l'homme qui lui a donné des noms. Bleu indigo, gris cendré... etc etc...
    Mais la culture associe ces particularités biologiques à des concepts voir même sans les particularités biologiques... Le rouge pourrait être bleu.... Tout ça donne la symbolique de la culture.

    Les couleurs froides et chaudes n'existent pas concrètement. C'est nous qui avons forgé ce regard sur les couleurs par l'influence de la société. Un extraterrestre pourvu de sentiments pourrait très bien trouver que le gris, c'est super chaleureux... Mais là je vais vous épargner les références du genre "Le bleu dans le christianisme, le orange chez les bouddhistes bla bla bla"

    A l'époque du moyen âge, nous avons développé essentiellement la couleur bleue avec l'aide de la Waide (ayant parcourue la région de Amiens, c'est une couleur historique), ce qui c'est vite popularisé. Le bleu était particulièrement mal perçu, fait de la religion forcément.


  • #7

    La Team (lundi, 10 avril 2017 13:54)

    Voilà un commentaire des plus passionnants, qui complète très bien cette causerie. Merci beaucoup d'avoir partagé tes connaissances avec tous les onironautes.