Japanonymes, un festival prometteur

Ce week-end, au lieu d’être chez nous pour participer à l’Animasia comme l’année précédente – puisque nous avons été refusés pour des raisons parfaitement inacceptables – nous sommes partis en voiture pour la Japanonymes de Nîmes le cœur triste, afin de découvrir un petit salon dédié à la culture nippone dont nous avait parlé notre partenaire de convention, Kulturrock. Je ne cache pas notre appréhension selon le synopsis qui s’offrait à nous : Arcaël, Mercantille et moi-même allions nous rendre dans un endroit que nous ne connaissions pas, parmi des inconnus, dans une toute petite manifestation, tout en laissant derrière nous tous nos amis. De plus, notre camarade de Kulturrock allait être absente à cause des inondations qui avaient touché les Alpes-Maritimes.

 

 

Tout semblait mal parti, mais pourtant, au fond de nous, l’espoir de passer un week-end formidable demeurait. Et nous n’avons pas été déçus ! C’est après 5h30 de route que nous sommes arrivés le vendredi à 19h00, assez en forme. Nous étions décidés à rencontrer une partie des organisateurs et des exposants le soir-même, en participant à l’apéro. C’est donc timidement que nous nous sommes garés au stade des Costières où allait avoir lieu la convention dès le lendemain à 9h30. Comme il n’y avait aucune signalétique, nous avons cherché un petit moment l’entrée de la salle et quelle a été notre surprise lorsque nous avons découvert sa taille ! Plus petite encore que le hall de MangaDax, avec pourtant une scène immense comme pour les grands événements, une dizaine de stands à tout casser et la buvette au fond. Nous avons commencé à avoir un peu peur.

 

Allions-nous réussir à rentabiliser au moins la route ? Y aurait-il assez de visiteurs ? L’ambiance allait-elle être aussi bonne qu’à Dax, c’est-à-dire conviviale ou plutôt ringarde comme une kermesse ? Nous avons finalement vite accroché avec des exposants et le feeling est passé tout de suite avec les orgas. L’apéro s’est déroulé dans la bonne humeur, et après avoir déballé une partie de notre stand (surprise : une table d’angle pour avoir un espace dessin quand même et des chaises en plus, gratuitement !), nous avons rejoint l’hôtel pour nous reposer jusqu’au lendemain. Nous étions étonnés de voir que nous allions apparemment être les seuls à proposer des illustrations et du fanzine, ce qui serait bien la première (voire la dernière) fois !

 

Le samedi matin, nous nous sommes rendus à notre place désignée et avons installé le stand tranquillement. Les visiteurs pouvaient commencer à entrer à 9h30 et une demi-heure nous suffisait pour tout préparer. La routine de montage/démontage de nos stands commence à être automatique et plus efficace. Nous avons sympathisé avec les derniers exposants que nous n’avions pas encore rencontrés, et on nous a offert le café accompagné de viennoiseries. Un petit plaisir assez rare en un an de vadrouille dans les salons de notre hexagone et fortement apprécié.

 

Puis la petite foule a commencé à investir les lieux. Assez rapidement, les gens ont commencé à faire le tour des exposants, ce qui formait une grande boucle autour des stands où ils papillonnaient, tous plus cosplayés les uns que les autres. Entre le karaoké qui a fonctionné tout le week-end, la scène devant laquelle ils pouvaient s’asseoir et où se déroulaient des défilés et des animations variés, la buvette pour acheter de quoi grignoter pas trop cher, et enfin notre couloir d’expo, nous pensons qu’ils ont pu largement profiter de ce que la Japanonymes pouvait leur offrir selon sa petite dimension.

 

Nous avons été dévalisés dans quasiment tous les produits que nous proposons, ce qui nous a vraiment abasourdis. Nous ne nous attendions pas à ce que cela fonctionne autant et nous en tirons beaucoup de fierté. Il est impossible pour nous de prévoir ce genre de chose, car chaque convention est différente. Cela nous console d’avoir été évincés de notre propre ville. De même, Mercantille et moi-même avons pu faire des dessins à la demande, alors que nous pensions, en venant, ne pas pouvoir en faire par manque de place ou d’envie.

 

Bref, nous sommes allés de surprises en surprises.

Nous avons aussi testé la nocturne du samedi soir (une première pour Orbesonge !), pour voir si les ventes fonctionneraient aussi, mais ça n’a pas été le cas. Les visiteurs étaient trop occupés dans les activités proposées par la Japanonymes (et puis ce n’est pas habituel d’acheter quoi que ce soit à des heures pareilles, j’en conviens), aussi, nous avons pu remballer assez tôt pour aller nous reposer à l’hôtel. Le dimanche a été plus calme, et nous avons repris la route à 19h00, des étoiles plein les yeux et des rencontres plein la tête. La voiture était aussi moins remplie, nous pensons donc bientôt pouvoir vous présenter de nouveaux modèles de badges pour remplacer les anciens.

 

Bilan

Une convention à refaire pour sûr, qui est parée de toutes les qualités que notre association attend de ce genre d’évènement : un public intéressé, une place pour notre projet, un peu de promotion de ce que l’on fait, une proximité entre exposants et avec les orga’, des conditions d’exposition agréables (dimension des stands, parking proche, aération, son, taille des allées, visibilité…), une certaine rentabilité quand on vient de loin, et surtout, surtout, une bonne ambiance ! Seule ombre au tableau, le son de la scène qui était parfois un peu trop fort, au point de ne plus s’entendre parler d’un bout à l’autre de la table. A part cela, nous sommes ravis de cette expérience et signons d’ors et déjà pour l’an prochain !

Place aux remerciements à présent et à l’espace pub pour nos nouveaux amis : Arcaël, Mercantille et moi-même remercions au nom de tout Orbesonge, Julie, la jeune présidente de Japanonymes pour sa disponibilité et sa gentillesse. Chapeau bas pour l’organisation dont elle a fait preuve, tout était parfait. Merci aussi à sa petite équipe, tous plus adorables, attentifs et compétents les uns que les autres. Merci ensuite à tous les visiteurs qui se sont laissés tenter par notre univers et nos créations, ainsi qu’à ceux qui ont laissé un message dans le livre d’or. On se souviendra de vous autant que nos mémoires le peuvent (pour la mienne, il ne faut pas s’inquiéter, elle met du temps à revenir parfois ;)).

 

Merci enfin aux autres exposants, enchantés d’avoir fait votre connaissance à tous, nous allons vous surveiller de près maintenant :

  • Mylène, du stand « Mya Mode Sexy » avec laquelle nous avons beaucoup discuté, c’était cool !
  • Mecha’kun, jeune illustrateur en devenir qui démarrait tout juste, courage à toi si tu lis ces mots, nous te soutenons de loin ;)
  • La tatoueuse et artiste Sylvie Bang-bang, dont nous avons trouvé le projet très original (véritable tatouage en direct de la convention avec tout le matos adéquat, faut le faire quand même !)
  • Nos gentils voisins Level Games et Checkpoint Fanstore, et Crea-Doll juste en face avec ses jolis Lamas et ses beaux sweats Noctali !

Au plaisir de vous revoir l’année prochaine et de retrouver parmi nos lecteurs des personnes ayant participé à cette Japanonymes fort réussie. Dites-nous ce que vous en avez pensé !

Écrire commentaire

Commentaires : 0